Afin d'éviter de troisièmes élections législatives en Espagne, desquelles ils ne sortiraient, de toute manière, pas vainqueurs, les #socialistes ont décidé de ne pas s'opposer à la réinvestiture de #Rajoy en tant que Premier ministre. Le PSOE, Parti socialiste ouvrier espagnol, permet ainsi au conservateur de former un nouveau gouvernement

La fin d'un long blocage politique pour Rajoy

En effet, le Parti populaire, conservateur, présidé par Rajoy, était sans cesse mis en déroute par les socialistes depuis près de dix mois. Ainsi, les Espagnols ont dû voter deux fois en moins de dix mois pour réélire de nouveaux députés aux législatives, et la victoire est sans cesse revenue aux conservateurs.

Publicité
Publicité

Les socialistes avaient commencé à prendre conscience qu'ils n'obtiendraient pas immédiatement gain de cause grâce aux urnes, et ont alors décidé de mettre fin à l'instabilité ministérielle en restant neutres devant la question de la réinvestiture de Rajoy. Ce fut une décision difficile, tant le PSOE était divisé en deux camps, entre les partisans d'une troisième législative et ceux de la fin du blocage politique. De fait, Javier Fernandez, désireux d'un déblocage politique, a pris les rênes du parti au début du mois d'octobre en renversant Pedro Sanchez, farouche opposant aux conservateurs espagnols. 

La procédure à suivre pour les conservateurs

Dorénavant, les conservateurs espagnols ont ainsi les mains libres : ils ont carte blanche pour former un nouveau gouvernement stable. Ainsi, ce matin même et demain, le roi Felipe IV convoquera les chefs des différents partis pour leur demander un nouveau débat d'investiture.

Publicité

A l'issue de cette convocation, Rajoy pourra assurer au roi la fidélité des centristes et des conservateurs pour obtenir une majorité au Congrès. Il sera alors désigné comme candidat à l'investiture et probablement réélu en tant que président du gouvernement espagnol. Cela dépendra du vote des députés à ce sujet. L'avenir semble s'éclaircir pour une Espagne meurtrie par les oppositions politiques. #Espagne