Ce n’est plus qu’une tempête tropicale qui s’affaiblit. L’ouragan Matthew, reparti au large des côtes américaines, a parcouru presque 810 km de Miami à Virginia Beach, laissant derrière lui des morts (27 recensés pour l’instant, cinq disparus), et une désolation qui s’amplifie en #Caroline du Nord.

Sur les toits

Des hélicoptères, dimanche encore, sans doute hier, évacuaient des habitants de la Caroline du Nord réfugiés sur des toits. « Il faudra fouiller chaque maison, comme à la Nouvelle-Orléans » (1 836 morts du fait de Katrina fin août 2005), estime un pompier volontaire. Cela peut empirer. Les hydrologues avaient bien prévu que l’intérieur des terres, dans l’État, serait gravement inondé. Parce que, avant même l’arrivée de l’ouragan tombé en catégorie 1, les sols étaient saturés d’eau. Les évacuations se poursuivent donc, non plus sur les côtes ou à leur proximité, mais à plus d’une centaine de kilomètres. Hier, lundi, en Caroline du Sud comme dans l’État voisin du nord, des opérations de secours ont encore été menées, avec des embarcations ou des hélicoptères, en zones côtières. Ceux qui ne sont pas évacués et peuvent fuir le manque d’eau potable, d’électricité, et de vivres, le font. Ce mardi matin (à Paris), ABC indiquait qu’environ 2 000 personnes restaient prisonnières des inondations. Un million d’habitants de Caroline du Nord restent plongés dans le noir. Les routes côtières ne sont plus, d’autres, à l’intérieur des terres, se sont effondrées.

Retour ardu à la normale

En Floride et Géorgie, des coupures d’électricité subsistent et le retour la normale sera très progressif. Des maisons ont été entièrement détruites, des immeubles fortement endommagés, et bien évidemment, la situation est très contrastée. Dans la plus vieille ville des États-Unis, Saint Augustine (Fl), les rues sont jonchées de matelas, canapés, fauteuils détrempés. Il faut les sortir avant qu’ils ne pourrissent, tout comme les murs des habitations. Il faudra bien sûr démolir massivement. Mais des stations-services, des épiceries ont rouvert. Quelques feux de croisement, rares, fonctionnent de nouveau. En revanche, le bilan humain, d'heure en heure, s’aggrave. Avec 11 morts, c’est la Caroline du Nord qui a été la plus touchée, devançant la Floride (neuf morts jusqu’à nouvel ordre), la Virginie ferme la liste avec un décès. En Floride, des habitations sont pleines de sable humide mais surtout, le combat est vain : bientôt les marées monteront dans les maisons puisqu’il n’y a plus de plage, plus d’obstacle, plus de dunes. Pour la Floride et la Géorgie, cela aurait pu être immensément pire si le centre de l’ouragan s’était davantage rapproché de la côte.

Crues en Caroline du Nord

Les crues des voies d’eau vont perdurer en Caroline du Nord jusqu’à vendredi ou samedi prochain, estime-t-on. Des barrages, à près de cent kilomètres des côtes, ont cédé. Des centaines de routes sont condamnées, personne ne peut prédire quand l’Interstate 95 sera rouverte à la circulation. En 1999, l’ouragan Floyd avait déjà frappé l’État et comme Matthew, il avait été précédé de jours et de jours de fortes précipitations. La ville de Lumberton est pratiquement engloutie et les eaux montent encore. Dans son comté, Robeson, un millier des personnes doivent être secourues, évacuées. Un conseiller municipal de la ville craint qu’on retrouve encore des cadavres. Ce n’est guère mieux à Princeville. En Virginie, Norfolk et d’autres localités sont inondées, mais moins sérieusement. Nationalement, les dommages les plus apparents sont déjà estimés à trois milliards d’USD. Matthew a déversé près de 52 trillions (milliers de milliards ou téras) de litres d’eau sur les États-Unis, soit 163 000 fois la jauge du stade Rose Bowl de Pasadena (près de cent mille sièges). Il faudra encore une dizaine de jours avant de pouvoir dresser un début de bilan pour les États-Unis. Pour HaÏti, cela s'aggrave : le choléra succède à l'ouragan, avec déjà 13 morts.   #Ouragan Matthew #Etats-Unis