C'est officiel, la gouvernance d'#Internet par les Etats-Unis est bel et bien terminée grâce à l'émancipation de l'#Icann. Est-ce que cela aura un quelconque impact sur les pauvres Mortels internautes que nous sommes? Qu'est-ce qui devrait changer concrètement suite à cette émancipation soudaine? 

Icann: qu'est-ce que c'est et comment était-il régulé?

Pour commencer, il est bon de préciser ce qu'est l'Icann? Cet organisme (dont le nom veut dire: Internet Corporation for Assigned Names and Number) est, en quelque sorte, l'annuaire du web puisqu'il est en charge de l'administration à propos des noms de domaine dont le très courant .com ou notre .fr national. Depuis 1998, année où on a gagné la Coupe du Monde football (oui ça n'a pas de rapport mais c'est toujours bon de le préciser), l'Icann était placé sous le contrôle du ministère américain du Commerce donc des #Etats-Unis. Washington avait donc promis d'abandonner la gouvernance de celui-ci, ce qui est arrivé il y a deux jours car le contrat les reliant est arrivé à échéance et qui permet donc à l'Icann de devenir une entité internationale auto-régulée et à but non lucratif. Cependant, cette décision fait déjà jaser les politiques malgré que Christopher Mondini, un de vice-présidents de l'organisme, a précisé que cela n'aurait aucune conséquence sur l'Internet car le système a prévu plusieurs garde-fous en cas de dérive.

Icann: ce que pensent les politiques de son indépendance:

Aux Etats-Unis, on a deux camps: avec le sénateur républicain Ted Cruz qui indique que l'Icann n'est pas du tout un organisme démocratique tandis que de l'autre, on a Jim DeMint, président du groupe de réflexion conservateur Heritage Foundation, a affirmé sur le réseau social Twitter que le président américain était prêt à céder le contrôle américain de notre Internet sûr et libre (on repassera sur les deux notions) à des régimes étrangers qui ne veulent pas vraiment entendre parler de liberté d'expression. Tandis que dans l'Hexagone, en mars dernier, Axelle Lemaire, secrétaire d'Etat au Numérique, était inquiète de ce changement car il aurait pour conséquence de marginaliser les Etats dans les processus de décision au bénéfice du secteur privé.On dirait bien que ce passage au privé ne soit pas au goût de tout le monde puisque l'on a des personnes qui pensent qu'il est préférable d'avoir un contrôle total par un Etat plutôt que par une entité indépendante.