Depuis le mois de Septembre un petit voilier de plaisance avec 15 #Femmes à bord faisait voiles vers Gaza pour dénoncer l'inhumanité du blocus israélien, illégal selon le droit international, la Convention de Genève, le Traité de Rome et la Charte des Droits de l'Homme. 15 "guerrières de la paix" faisant étapes en Corse puis en Sicile où l'accueil fut grandiose avant de foncer sur #Gaza. Alors qu'une avarie survint au mât, des marins grecs les rejoignirent pour réparer en pleine mer dans un formidable élan de solidarité. Elles ne lâchent rien ! Des femmes simples venues du monde entier avec un tempérament d'héroïnes du quotidien qui devrait faire baisser les yeux à plus d'un homme ! Comme l'armée de Spartacus, des femmes de toutes les nations et toutes les conditions composent cet équipage-courage dont la française Claude Léostic, présidente d'une plateforme d'associations pro-palestiniennes, soutenue par Christiane Hessel restée à terre.

Publicité
Publicité

L'auteure Naomi Wallacela, la canadienne Wendy Goldsmith assistante sociale, Latifa Habachi, députée tunisienne rédactrice la Constitution de 2014, Marama Davidson, députée du Parti Vert de Nouvelle‑Zélande, la gynécologue malaisienne Fauziah Hasan, Ann Wright ancienne colonelle de l’Armée des Etats-Unis, la militante politique israélienne Yehudit Barbara Llany, et même le prix Nobel de la Paix l'irlandaise Mairead Maguire, et d'autres héroïnes originaires d'Afrique du Sud ou de Norvège, se sont mises sous les ordres du capitaine Madeline Habib d’Australie pour partir à l'abordage de Gaza !

Les femmes en lutte pour Gaza !

Elles s'étaient donné rendez-vous le 14 Septembre 2016 à Barcelone, capitale de la Catalogne jumelée avec Gaza, pour embarquer sur le voilier Zytouna-Oliva vers leurs destins d'héroïnes des temps modernes.

Publicité

Elles ont fait escale en Corse puis en Sicile avant de prendre obstinément le large plein Est, contre l'avis de l'armée israélienne qui a toujours fait preuve de violencs eet d'humiliations quand ils arraisonnent ce genre de bateau humanitaire pour Gaza. Chacun se souvient de l'assaut contre le navire Mavi-Marmamra qui fit neuf morts parmi l'équipage turc des humanitaires. "Et alors ?" se disent ces femmes extraordinaires : "Est-ce pour cela qu'il faut renoncer à notre humanité et nos efforts pour la paix?" "Non !" Elles savent qu'elles vont au front sans autres armes que leurs cœurs de femmes contre une armée criminelle contre l'humanité qui n'hésitent pas à tuer femmes et enfants au bombardier lourd. Mais elle y vont ! Elles sont nos filles, nos sœurs, nos mères à tous, notre fierté à tous. Merci. Merci. Merci.

Que sont devenues les héroïnes pour Gaza ?

Mais voilà que leurs cœurs de femmes vient de se fracasser contre la réalité démoniaque du blocus de Gaza. La marine de guerre israélienne vient de les intercepter aujourd'hui mercredi 5 Octobre 2016 vers 18 heures.

Publicité

Toutes les communications ont été brouillées avant l'assaut dont personne ne sait rien à l'heure qu'il est, c'est-à-dire deux heures après l'assaut, si ce n'est qu'il a eu lieu à 20 miles marins de Gaza. L'armée israélienne avait prévenu de son intention de les dérouter vers un port israélien pour les arrêter, ce qui est un nouvel acte de piraterie selon de droit international. Les femmes pour Gaza sont à l'heure actuelle prisonnières de l'armée israélienne. L'association Québécoise organisatrice de ce bateau appelle l'ensemble des soutiens à ces femmes de contacter leurs gouvernements, les médias et tous les réseaux possibles pour exiger la sécurité et la libération immédiate des femmes pour Gaza.

Pendant ce temps là, la barbarie continue à Gaza

Ce jour 5 Octobre 2016 qui devait fêter l'arrivée du bateau des femmes pour Gaza, l'armée israélienne a bombardé cyniquement plus de 30 fois la population civile du "camp de concentration" de Gaza avec des bombardiers lourds. Aucun bilan n'est encore accessible car les bombardements continuent. #Palestine