Vendredi 7 octobre 2016, une vidéo compromettante fuite, grand classique des campagnes présidentielles. Le Washington Post et NBC News ont la primeur de ce scoop et l'Amérique découvre que l'actuel candidat républicain #Donald Trump serait... sexiste. Dans cette vidéo qui date de 2005, Donald Trump, qui participait alors à l'émission de télé-réalité The Apprentice, était invité au tournage de l'émission Access Hollywood présentée par Billy Bush. Il discutait dans un car avec Billy Bush juste avant le début du tournage et dans cette discussion filmée à leur insu, voici ce qu'on a pu entendre de la bouche de Donald Trump : 

"J'ai essayé de me la faire grave mais je n'y suis pas arrivé, et elle était mariée. Et là, tout à coup, je la vois, elle a maintenant ces énormes seins bizarres et tout le reste..." (on ignore de qui il parle) ; "Je suis automatiquement attiré par les belles [femmes], je les embrasse tout de suite, c'est comme un aimant. Je les embrasse. Je n’attends même pas. Et quand on est une star, elles nous laissent faire. On peut faire tout ce qu’on veut... Les attraper par la chatte. On peut faire tout ce qu'on veut".

Publicité
Publicité

L'actrice du feuilleton Des Jours et des Vies, Ariane Zucker, attendait à l'extérieur du car. Donald Trump et Billy Bush ont fait des remarques sur sa grande beauté. Mais prévoyant, Donald Trump a rajouté : 

"Il faut que je prenne des Tic-Tac au cas où je l’embrasse".  

Trump perd le soutien de Tic Tac

Embrasser une femme contre son gré, avoir toujours une boîte de Tic Tac pour préparer ses agressions sexuelles, les affirmations de #Sexisme décomplexé de Donald Trump ont choqué. Cette vidéo a provoqué un tel tollé auprès de son propre camp, que Donald Trump, le candidat pourtant connu pour ses propos ouvertement sexistes, xénophobes, homophobes et racistes, a dû présenter des excuses officielles. Tic Tac, de son côté, a partagé hier un tweet qui désavoue la publicité gratuite que Trump lui a faite : "Tic Tac respecte toutes les femmes. Nous trouvons ces récentes déclarations et ce comportement complètement inappropriés et inacceptables".

Publicité

La marque italienne de dragées qui rafraîchissent l'haleine n'a pas encore la recette pour adoucir les propos de ses consommateurs.   

Cette publicité fâcheuse n'est pas sans rappeler celle faite par Donald Trump Junior, le fils de Donald Trump qui comparait les réfugiés syriens à des Skittles (bonbons colorés) empoisonnés : "Si j'avais un bol de Skittles et que je te disais que trois d'entre eux veulent te tuer. En prendrais-tu une poignée entière ? Voilà notre problème avec les réfugiés syriens". Le groupe Mars qui commercialise la marque Skittles, n'a pas tardé à répondre sur Twitter que les Skittles étaient des bonbons et les réfugiés, des humains. 

#Élections