Pas plus tard que ce vendredi 21 octobre, une myriade d’attaques ont parasité divers sites internet tels que #Twitter et PayPal, mais également #Amazon, Netflix (la nouvelle plateforme proposant films et séries), et HBO. Liste non exhaustive.

Une attaque d’une nature rarissime

Si les attaques sur internet sont légion, le procédé utilisé dans ce cas précis est lui d’une nature rarissime. Selon la société Dyn, il ne s’agirait pas d’une, mais d’un nombre incalculable d’attaques ayant agi simultanément. Ces assauts ne proviendraient pas d’ordinateurs, mais de millions d’appareils comme des webcams, imprimantes, elles-mêmes infectées par un virus. Ce dernier aurait pour fonction d’envoyer automatiquement des requêtes afin de submerger les serveurs des sites internet et provoquer ce qui est communément appelé un « déni de service ».

Plusieurs attaques dans la même journée

Dyn explique avoir déjoué plusieurs attaques dans la même journée ; la première dans la matinée, lancée à 11 h 10 (locales). Cette première vague de piratages aurait entraîné deux heures de perturbations. Plus tard, c’est ensuivi d’autres offensives successives dont le centre d’action s’est déplacé de la côte est des États-Unis, vers l’ouest du pays.

Qui sont les promoteurs de cette cyberattaque ?

On ignore qui sont les promoteurs de cette cyberattaque. On sait cependant qu’elle aurait seraient d’autant plus difficiles à combattre qu’elles proviennent de différents pays. Le département de la Sécurité intérieure et le FBI ont décidé de prendre les mesures qui s’imposaient en ouvrant l’enquête. Affaire à suivre…

Des attaques similaires déjà perpétré par le passé

Selon James Scott, des attaques similaires ont été menées été perpétré par le passé, et cela pas plus tard qu’en décembre 2015 par des cyberdjihadistes par le truchement d’appareils mobiles. Le nombre d’appareils détournés est estimé à hauteur de 18.000.

Les attaques informatiques et autres actes de piratage sont déjà en plein essor aux États-Unis, chose que vient confirmer Yahoo Mail dans un récent communiqué, où les responsables reconnaissent que les données de plus de 500 millions des utilisateurs du site avaient été compromis, deux ans auparavant.

Des dégâts minimes

L’attaque aurait sérieusement perturbé le fonctionnement d’internet vendredi aux États-Unis, privant des millions de personnes d’accès notamment à

L’attaque aurait sérieusement perturbé le fonctionnement d’internet vendredi aux États-Unis, privant des millions de personnes d’accès notamment à Twitter, Spotify, Amazon ou eBay. Les dégâts sont donc minimes. Toutefois, ce genre de manœuvres pourrait avoir des conséquences désastreuses en vertu des informations contenues par les sites attaqués, si celles-ci tombaient entre de mauvaises mains. Les sites commerciaux possèdent les coordonnées bancaires de ses adhérents, et les #Réseaux sociaux une infinité de données compilées concernant notre vie privée. On imagine à peine jusqu’où l’association de ses deux types d’information pourrait faire plonger les victimes de ses attaques.