Muni de bracelets pare-balles, d'un lasso magique, d'un body rouge et d'un mini short étoilé, #wonder woman a été désignée pour être ambassadrice de l'#ONU. Elle est à l'image de la lutte et l'émancipation de la femme. C'est une première ! Une personne fictive, de surcroît de sexe féminin,devienne ambassadrice des Nations Unies. L'amazone aura droit à sa cérémonie le vendredi 21 octobre prochain aux cotés de ses interprètes Lynda Carter et Gal Gadot. 

William Moulton Marston est le créateur de Wonder Woman. Dans une interview à Vanity Fair, le psychologue voit à travers cette amazone de DC Comics, le vrai visage de la femme " Promouvoir au sein de la jeunesse un modèle de féminité forte, libre et courageuse, pour lutter contre l’idée que les femmes sont inférieures aux hommes et pour inspirer aux jeunes filles la confiance en elles et la réussite dans les sports, les activités et les métiers monopolisés par les hommes." Cependant, Wonder Woman a connu aussi de nombreuses polémiques.

Publicité
Publicité

Surtout au niveau de son costume décrié comme trop court ou alors la tenue en latex sans la fameuse bannière étoilée qui ne convient pas aux fans. Mais l'amazone n'est pas la seule super héroïne qui puisse défendre l'image de la femme. D'autres personnages fictives moins importantes ont été créées avec notre troublante actualité.

L'arrivée de Madaya Mom et de Burka Avenger

On ne parlera pas de Batgirl, de Power Girl, de Captain Marvel ou bien de Super Woman. Cette fois-ci, les héroïnes se battent contre les problèmes actuels. Burka Avenger est une héroïne d'une série humoristique et éducative d'animation pakistanaise. Créée par Aaron Haroon Rashid, le personnage est une maîtresse qui défend son école pour l'éducation des femmes et contre la corruption et l'extrémisme religieux. Le choix du costume, mixe entre une burqua et une tenue ninja, est le plus approprié dans cette région.

Publicité

La tenue à l'américaine comme celle de Wonder Woman aurait été déplacée.

Marvel a crée une nouvelle super héroïne, Madaya Mom. Elle est née sous la plume du croate Dalabor Talajic, plus connu pour avoir travaillé sur Deadpool. Cette super héroïne est très particulière : elle n'a pas de supers pouvoirs et elle est Syrienne. L'auteur a voulu sensibiliser les lecteurs sur ce terrible conflit qui a fait de 400 et à 500 000 morts depuis son embrasement en 2011. Dans ce one shot, l'histoire se déroule en Syrie. Madaya Mom, une jeune mère, se bat pour survivre et protéger ses cinq enfants. Sans aucun pouvoir et au péril de sa vie, elle arrive à contacter la presse américaine et de-là, elle raconte son terrible quotidien.

Wonder Woman n'est donc pas la seule à lutter pour les femmes. Pour le moment, elle sera la nouvelle ambassadrice de l'ONU.

Publicité

De plus, elle reviendra sur les écrans en février 2017 avec le blockbuster Wonder Woman. Très bon Timing.

#Cinéma