Dans un mouvement commun, des enfants d'#Alep, épuisés par les combats incessants dans leur ville, tirailler entre de multiples belligérants (zone kurde, zone sous contrôle de l'armée, zone occupée par des terroristes), ont entrepris de larguer au-dessus de la ville des messages de paix. Cet envol inattendu de plus de six mille messages dans la partie Est de l'ancienne capitale économique syrienne raconte des histoires bien différentes, mais une douleur commune pour tous ceux qui vivent constamment sous les attaques aériennes et terrestres. En effet, ces témoignages font état de pertes familiales, du quotidien de toutes ces personnes, piégés entre différentes factions, ne voyant pas le bout de cet enfer qui est le leur.

Publicité
Publicité

Face à leur impuissance et en attente d'un regard de la communauté internationale quant à leur situation désastreuse, ces enfants ont relaté à leur façon ce qu'ils ont vécu. Nous pouvons recueillir l'avis de Rahma Ruby, qui a perdu son frère, soldat de l'armée syrienne, mort d'une balle de sniper en plein coeur. D'autres extraits évoquent des lieux abandonnés face à l'arrivée de terroristes. On raconte aussi à quel point il est intenable de survivre lorsque l'on n'est pas jugé dans le bon ordre religieux : les musulmans chiites et alaouites ont été décrits comme ennemis par les terroristes, branche de l'islam très répandu en #Syrie.

Que peut-on espérer pour Alep dans les mois qui viennent ?

Symbole de la rébellion du pays tout entier, où les premières manifestations contre Bachar Al-Assad ont commencé en 2010, Alep est aujourd'hui une ville martyre.

Publicité

Le siège de cette immense cité habitée depuis le VIème millénaire avant JC dure depuis bientôt quatre ans et demi et les divisions en son sein, tout comme son sort, reste à ce jour encore inconnu. Dans le territoire sous la direction des extrémistes, là où ont été laissées à l'envol les déclarations des héritiers de ce conflit sans fin, les derniers habitants sont utilisés comme boucliers humains, compliquant la tâche des différentes ONG et aides humanitaires qui tentent de se frayer un chemin au milieu de ces différents camps. #Guerre