Réfutant les nombreux accords qui ont été signés auparavant au nom des USA, entouré des hommes les plus critiqués, taxés de racistes ou autres, Trump semble bien être celui qui sait défier le monde. Déjouant les techniques de prévision politique, il marque des points et devient le 45ème Président des États-Unis, comme un buteur qui trompe intelligemment puis fait retenir le souffle aux spectateurs pendant tout le temps qui s’en suit.

‘La trompe’ qui fait peur sous Donald Trump

L’image qu’on s’est toujours fait du grand éléphant, comme l’est l’oncle SAM, était une intervention sans relâche de sa trompe un peu partout dans le monde, que ce soit pour y éteindre un feu, y soulever un fardeau, y briser quelque chose ou pour bien d’autres choses. Pour #Donald Trump, qui choisit la fermeture des frontières et des robinets financiers, cette image risque de changer comme c’est le cas de l’AGOA pour l’Afrique, de l’OTAN pour l’Europe, du Partenariat Transpacifique (TPP) pour les pays riverains du Pacifique. Et c’est peut-être l’importance de ce dernier qui représente 40 % de l’économie mondiale que le premier ministre japonais programme de rencontrer Donald Trump, à New York, d'autant plus que le forum Asie-Pacifique, organisé par l'autre géant aux tentacules mondiales qu'est la Chine, se tient au Pérou les 19 et 20 novembre 2016.

En effet, le programme du nouveau Président des États-Unis fait parfois froid dans le dos pour beaucoup de monde et on se bouscule pour en amortir les impacts.

‘Le Trump’ qui rassure à moins qu’il ne trompe

Malgré les inquiétudes et les propos tenus par Donald Trump pendant ses campagnes, ceux qui se sont entretenus avec lui, après son élection, semblent tout de même rassurés, comme cela a été le cas pour Barack Obama et François Hollande.

Mais pour se contredire ainsi, trompe-t-il le monde pour mieux l’avoir ? Ou encore, les paroles qui ont été tenues auparavant ne sont-elles qu’une manière de présenter sous forme d’images le niveau extrême de la décision ? L’avenir nous en dira beaucoup plus mais dans tous les cas, quels que soient les points de vue de Donald Trump, la constitution des #Etats-Unis ne lui permet pas de prendre tout seul des décisions importantes et il existe dans l’histoire des USA des idées personnelles du Président qui n’ont pu être appliquées, comme le cas des armes à feu sous Barack Obama. En attendant, Donald triomphe… Jolie coïncidence entre le nom et le verbe, mais mauvaise incidence pour d’autres… #politique internationale