Selon la police locale, deux individus circulant en moto seraient passés devant l'#ambassade française en #Grèce, tôt ce matin, vers 5h. Ils auraient alors jeté une grenade devant le portail. L'explosion a endommagé le portail et a blessé aux jambes un policier chargé de la sécurité du lieu. Attaque terroriste ou acte d'une mouvance extrémiste locale ?

C'est la brigade antiterroriste grecque qui s'est saisie de l'affaire. On pense que la vraie cible de l'attaque devait être le Parlement grec, situé juste en face de l'ambassade. Néanmoins, la police locale émet des doutes quant à l'origine de cet acte. En effet, elle affirme qu'il peut s'agir d'une mouvance extrémiste #anarchiste locale, qui a déjà fait parler d'elle suite à d'autres tentatives d'attentat contre des cibles diplomatiques, politiques ou économiques. Mais il est également probable que les deux individus à l'origine de ce lancer de grenade soient des terroristes islamistes ayant franchi la frontière européenne. L'enquête devra déterminer tout cela. En tout cas, un périmètre de sécurité a été délimité autour du quartier de l'ambassade par les forces de police.

Pourquoi viser la France ?

Dans le cas où il ne s'agirait pas d'un acte terroriste, on pense que des anarchistes locaux ont de sérieuses raisons d'en vouloir à la France. Car ce n'est pas non plus la première fois que des représentations françaises sont ciblées dans les nombreux attentats attribués à cette mouvance anarchiste. Le mois dernier, en Grèce, ce micro parti radical avait affirmé être à l'origine de toutes ces actions destinées à réclamer la libération de Georges Ibrahim Abdallah.

Ce dernier, d'origine libanaise, est en effet emprisonné en France depuis presque 30 ans à cause d'attentats similaires. Cependant, il a été condamné à la perpétuité. Les policiers grecs évoquent également la possibilité d'attentats liés à la montée en puissance du Front National en France. Les anarchistes auraient été outrés par les félicitations adressées par Marine Le Pen à Donald Trump le jour de son élection en tant que président américain.