«C’est une thèse qui montre qu’il y a un travail sérieux qui se fait à l’université de Douala. Surtout au département de sciences politiques. Je pense que tous vos enseignants sont à féliciter et ces félicitations vous sont également adressées ». C’est par ces phrases remplies d’émotions que le professeur Luc Sindjoun a clôturé la #Soutenance de la thèse de doctorat Ph D de l’étudiant Ngueta Noufessie Léopold dont il présidait le jury. Il ne pouvait en être autrement. Car le candidat, dont il appréciait les travaux de recherches, était brillant.

Devant une thèse de plus de 700 pages portant sur un sujet d’actualité «la politique de libre circulation des personnes et des biens dans le processus de construction de l’espace sous-régional zone #Cemac», la facilité à présenter ce travail, le jury tout entier (constitué des professeurs Luc Sidjoun, par ailleurs conseiller du président de la République, Ibrahim Mouiche Mandjem, Yves Paul, Keutcheu Joseph et du directeur de thèse professeur David Auguste Ngueulieutou) est tombé sur le charme du travail du candidat. «C’est un candidat qui est promis à un bel avenir en sciences politiques. Il a choisi de travailler sur un sujet qui est encore en train de se faire. Nous admirons son courage», a déclaré tout satisfait ce dernier. D’où  l’appréciation «mention très honorable avec les félicitations du jury», attribuée à ce travail.

Une mention qui n’a pas du tout surpris son directeur de thèse, le professeur David Auguste Ngueulieutou qui suit le candidat depuis plusieurs années. «C’est un candidat enthousiaste et dévoué. J’avoue que ça n’a pas été facile de travailler avec lui. Il est volontaire». Après la note de 17/20 avec la mention très bien obtenue lors de  la  soutenance de son mémoire de DEA, il y a quelques années à l’université de Douala, mémoire portant sur le thème «La production de la politique de libre #Circulation des biens et des personnes dans la sous-région Cemac : Acteurs, enjeux et processus», Ngueta Noufessie Léopold, vient une fois de plus de fairE l’unanimité du jury avec sa thèse de doctorat.

Le Cemac

La thèse du candidat lui a permis de faire une lecture globale des politiques en jeu dans la sous région Cemac. De ressortir les différentes forces en présence et les différents intérêts qu’ils visent. Son travail a permis DE comprendre pourquoi il y a échec au niveau de la politique d’intégration sous régionale en Afrique centrale. Et  pourquoi  la libre circulation dans la zone Cemac reste à construire. Il a fait savoir que l’échec dans la politique d’intégration sous-régionale réside dans le fait que les acteurs en présence (les différents pays) protègent d’abord leurs intérêts au détriment de ceux de la sous région. C’est ce qui, selon lui, explique les différents rapatriements et expulsions que l'on vit en permanence dans la région. 

La thèse de doctorat au département de sciences politiques

La première thèse de doctorat du département de sciences politiques de la faculté des sciences juridiques et politiques (Fsjp) de l’université de Douala, créé en 2008, fait la joie de tous les enseignants de ce département. Car c’était une promotion expérimentale. «On ne croyait pas si bien faire en créant ce département, on a d’ailleurs trop hésité. Mais enfin, je pense qu’on n’a pas eu tort de le faire. Je suis plutôt content, les étudiants nous présentent des travaux bien élaborés et bien construits», affirme un enseignant de ce département. En attendant la seconde thèse de doctorat qui sera soutenue dans cette promotion, Ngueta  Nouffessie Léopold s’adjuge le titre de premier docteur du département de sciences politiques de l’université de Douala.