Qui d’HillaryClinton ou de #Donald Trump deviendra le 45ème président des #Etats-Unis ? La réponse sera connue dans quelques heures. Après des mois de campagne et de rebondissements, les Américains vont enfin pouvoir se prononcer et choisir leur nouveau commandant en chef. Comme à chaque fois, le monde entier a les yeux rivés sur la super puissance et attend impatiemment de connaître le nom du futur occupant du bureau ovale. Alors que tous les spécialistes s’attendaient à une élection jouée d’avance, Donald Trump a su créer la surprise. De candidat farfelu, aux sorties médiatiques rocambolesques, à véritable prétendant à la fonction suprême, le milliardaire égocentrique a réussi à se faire comprendre d’une grande partie de la population américaine.

Publicité
Publicité

Mais alors, comment celui qui est qualifié par beaucoup de « dangereux dictateur » a-t-il réussi à défier tous les pronostics ?

Donald Trump président, un scénario possible ?  

Non, l’Amérique ce n’est pas New-York, San Francisco ou Los Angeles, c’est aussi une multitude de petites villes où les inégalités sociales sont immenses et où le taux d’alphabétisation est très bas. Voilà pourquoi le slogan du candidat républicain « Make America Great Again » résonne si bien auprès d’une grande partie des Américains. Cette idée du déclinisme américain est une peur profondément enfouie dans l’inconscient collectif de la nation. Ce mythe est aussi vieux que la fondation des Etats-Unis, les pères fondateurs eux-mêmes craignaient ce phénomène.

La question du déclinisme est apparue très tôt aux Etats-Unis.

Publicité

Alors que la conquête de l’Ouest semblait ne jamais se terminer de nombreux penseurs craignaient qu’un pays aussi vaste ne soit condamné à disparaître comme l’Empire romain, qui à force de conquêtes avait fini par s’effondrer. La création d’un état stable et solide a pour un temps rejeté cette peur, mais aujourd’hui plus que jamais les Américains craignent d’être dépassés, notamment par la Chine.

Les derniers sondages en faveur d’Hillary

Face au pessimisme du candidat républicain, Hillary Clinton joue la carte du vivre ensemble et de l’optimisme. Cette vision à contre-pied de celle de son adversaire semble payer puisque malgré les scandales liés à ses e-mails, Hillary Clinton est encore la favorite des sondages. Pourtant, même si cette dernière emporte la course à la Maison Blanche, la percée de Donald Trump reste un indicateur important de l’état d’esprit des Américains.    #Élections