Pamela Ramsey Taylor, directrice de l’agence de développement du comté de Clay, en Virginie occidentale, est une admiratrice de Melania Trump. Ce sera bienvenu de la voir à la Maison Blanche, elle est ‘’classe, belle, digne’’. Pourquoi pas ? L’ex-mannequin slovène, travailleuse clandestine sans permis, est désormais une All American First Lady puisqu’elle fut naturalisée et a épousé #Donald Trump. Des goûts et des… Ce qui se discute, c’est la suite : ‘’Je suis lasse de voir une guenon sur des talons’’. Attention, selon l’émettrice de ce message sur Facebook, #Michelle Obama serait albinos ou dotée d’un teint diaphane d’Irlandaise, elle ne se serait pas exprimée autrement. Raciste, elle, aucunement ! Pas plus que la maire, Beverly Whaling, de Clay, qui a commenté que son amie Pamela a ainsi éclairé sa journée (‘Just made my day Pam’). Elle voulait simplement dire ô combien elle était heureuse de voir Melania Trump poser dans le Bureau ovale ; d’ailleurs, elle n’a même pas lu la remarque sur Michelle Obama. En fait, ce sont les démocrates qui ont monté cet anodin échange en mayonnaise sur les réseaux sociaux, et c’est eux qu’il convient d’incriminer. Ils déforment tout… La directrice a été remplacée, la maire révoquée, et franchement, c’est dommage d’en arriver là. Le sheriff, Garrett Samples, l’assure, ni l’une, ni l’autre, ne sont aucunement racistes. Ce n’est qu’une déplorable mésinterprétation de leurs propos… Dans ce comté où les Afro-Américains ne représentent pas un pour cent de la population (9 000 h), le vote Trump l’a très largement emporté : plus de trois-quarts des voix…

Trump pour le vote popu

Il faudra encore trois semaines pour décompter tous les votes. Mais les estimations (notamment parce qu’il reste trois millions de suffrages à vérifier, dont une forte partie en Californie) donnent Hillary Clinton devant Trump de 0,8 points, soit quand même environ deux millions d’électeurs de mieux. Cela n’a pas empêché Donald Trump, avec un formidable aplomb, de se prononcer pour le vote populaire et de dire et redire qu’il l’aurait de toute façon emporté s’il avait mieux fait campagne en Californie ou dans des États considérés très favorables aux démocrates. Hillary Clinton n’a guère tenté de convaincre les électeurs d’États comme le Texas ou l’Utah, laissant ce soin à des soutiens locaux. Dans les États les plus républicains, presque tout a été fait pour décourager les minorités de se rendre aux urnes… Mais tout cela est oublié, Trump a gagné et enfin, la parole se libère, s’affranchit du politiquement correct. Trump a redonné sa fierté à l’Amérique, la vraie, celle de la seule réelle Amérique, ultra-majoritaire, réunie derrière The Donald. Entendez : l’unique légitime Amérique. La populaire, pas celle qui étudie en option le français dans les universités (pour les Cajuns dont cela reste la langue maternelle composite, passe encore, ils ont plutôt bien voté). Et puis, quoi, ‘’guenon’’, cela fait évidemment référence à de sympathiques personnages de Disney, même si les singes des cartoons ne sont pas des modèles d’élégance et de distinction. Un whitelash ? Même pas en rêve. Qu’on ne s’inquiète pas trop pour Pamela ou Beverly, elles ont l’opinion pour elles et leur réhabilitation, après cette ridicule méprise, ne saurait trop tarder. #Etats-Unis