Alors qu’Hillary Clinton était soutenue par les réseaux, les néoconservateurs ainsi que les journalistes, #Trump a su déjouer les sondages et a réussi à se mettre dans la poche les 2/3 des #USA. Arrivé à la Maison Blanche il y a quelques minutes seulement, aucun discours ne sera fait en public. Boycotté par Obama à son arrivé, le nouveau président ne fait pas non plus l’unanimité chez les journalistes.

Boudé et critiqué par les journaux internationaux

Le coup est dur pour les grands de ce monde, et ces derniers ne le cachent pas. Débats, analyses, explications se succèdent pour essayer de comprendre pourquoi Trump a été élu à la place de Clinton, et n’hésitent pas à lui manquer de respect. Trumpocalypse pour le journal Libération (France), La Maison des Horreurs pour le Daily News (New York), Le mal-être américain pour Marianne (Français), W.T.F (What the F****), pour le Daily Telegraph (Australie)…

D’abord en colère contre les élites et les analystes qui n’ont rien vu venir, les journaux ne mâchent pas leurs mots et vont même jusqu’à s’en prendre aux électeurs eux-mêmes. Hillary Clinton, qui a du mal à accepter sa défaite, est même allée jusqu’à proposer son aide au nouveau président. Mais ce dernier s’est entouré de conservateurs, prêts à négocier avec le Kremlin. Les propos sexistes et racistes de Donald Trump pour faire le show et gagner des voix, ont été pris sans recul et au premier degré pour dégrader son image et faire passer H. Clinton comme présidente. Le magazine NewsWeek avait même préparé une couverture intitulée « Madame la Présidente ».

Une bonne nouvelle pour l’État russe

Si la plupart des journaux critiquent le choix des électeurs en rabaissant et en caricaturant l’image de Donald Trump, ce nouveau président arrange bien les affaires de la Russie, qui a toujours soutenu Trump et se félicite des résultats de cette élection. En effet, ces derniers, comme Wikileaks, ont publié des mails d’une Clinton qui montre une démocrate et impérialiste corrompue. «Nous comprenons que le chemin de la normalisation des relations entre les États-Unis et la Russie ne sera pas facile mais nous sommes prêts à remplir notre part», a fait savoir le président russe lors d'une rencontre avec des ambassadeurs du monde entier à Moscou. «La Russie est prête à restaurer les relations en plein format avec les États-Unis», a-t-il précisé.

Le porte-parole de la Douma, Viatcheslav Volodine, avait exprimé sa volonté d’une victoire de Trump avant les élections, afin «d’aider à ouvrir la voie à un dialogue plus constructif entre Moscou et Washington». «Le président russe espère l'émergence d'un dialogue constructif entre Moscou et Washington, qui se baserait sur des principes d’égalité, de respect mutuel et d’attention envers les positions des uns et des autres» a conclu la présidence russe dans un communiqué. Une alliance russo-américaine qui permettrait une sécurité grandissante dans le monde. #Politique