Pour la fin de sa présidence à la Maison-Blanche, le président américain sortant Barack Obama s'est entendu avec son homologue russe Vladimir Poutine sur des sujets de très hautes importances à l'échelle internationale. Afin de travailler au mieux avant l'accession au pouvoir de Donald Trump, le 20 Janvier 2017, les deux alliés se sont entretenus lors du sommet de l'Organisation de coopération économique Asie-Pacifique (APEC) qui se tenait ce Dimanche au Pérou. Les deux principaux thèmes de cette brève discussion ont été la Syrie et l'Ukraine. De ce fait, le porte-parole du président russe, Dmitri Peskov, a annoncé que les deux dirigeants se sont mis d'accord sur un investissement commun dans la crise syrienne.

Publicité
Publicité

Cet accord a pour but de rester actif dans la recherche de résolution quant à cette crise humaine et matérielle, désastreuse, qui embrase ce pays du Moyen-Orient depuis le début de la Guerre Civile en 2011.

Quel progrès a espéré pour l'Europe ?

Après avoir chargé tous deux leur ministre des Affaires étrangères de garder le contact sur la Syrie, respectivement John Kerry et Sergueï Lavrov, les deux associés ont abordé la question de l'Ukraine, Barack Obama déplorant pour sa part que rien de sérieux ne soit entrepris pour le règlement de la situation dans ce pays de l'Est de l'Europe. Cette entrevue s'est terminée sur un cinglant "Ok" du président américain avant de regagner sa place, rompant sur le vif l'une des dernières explications entre les deux responsables d'Etat.

Publicité

Ecourté au bout de seulement quelques minutes, cet entretien n'a donc pas rapproché les deux présidents sur les questions fondamentales de ces crises qui ont un impact mondial. Cette amorce de fin de relation diplomatique entre Obama et Poutine, après une durée de huit années, ne semble pas être de bonne augure pour les incertitudes syrienne et ukrainienne.

En Janvier 2017 rentrera en fonction Donald Trump, président américain élu au suffrage universel indirect le 9 Novembre dernier. Le milliardaire a pour ambition de rétablir une relation franche et amicale avec l'allié russe, favorisant une discussion moins risquée quant aux sujets d'avis divergents. Le futur des relations entre l'une des deux plus grandes puissances mondiales semble donc fait pour s'améliorer dans les mois qui vont suivre. #Crise Mondiale #Russie #Etats-Unis