Les soldats russes en route vers la Syrie devaient célébrer un événement important : le nouvel an auprès des troupes déjà présentes sur le terrain. En effet, parmi les passagers de ce vol se trouvaient 92 personnes, dont 60 membres du choeur de l'Armée Rouge. Autrement dit, il s'agissait pour eux de chanter les victoires conjointes de la Russie et du régime syrien contre les rebelles et l'Etat Islamique. Etrange coup du destin, puisque ces derniers ont une lourde responsabilité dans les centaines de milliers de morts causés par la guerre civile.

Journée de doute et d'incompréhension

L'opération était simple et devait se dérouler sans accrocs.

Publicité
Publicité

Cependant, dimanche matin, peu après le départ de l'avion militaire, une alerte a été lancée après que l'on eût découvert que ce dernier avait disparu des écrans radars. Aucune information n'a filtré à ce sujet pendant toute la journée, d'où l'incompréhension totale des observateurs. Les médias se sont affolés jusqu'à ce que l'on soit enfin fixés sur ce qui était advenu à ces malheureux passagers. Ainsi, vers la fin de la journée, le ministère russe de la défense a annoncé que cet avion s'était écrasé en Mer Noire. Aucun survivant n'a été retrouvé, seulement des corps.

Deuil national pour les passagers

Ils étaient 92 au total : plus de 60 militaires choristes, 9 journalistes, 2 journalistes, une personnalité appartenant à une association caritative et une vingtaine de soldats. Une enquête devra déterminer l'origine de cet incident, survenu dans une zone de conflit qui a déjà eu raison d'un avion de transport civil, non loin de l'Ukraine.

Publicité

Pour le moment, du côté des autorités, on préfère ne pas s'avancer : on ne parle ni d'éventuel missile ukrainien ni d'attentat terroriste. Le premier ministre Medvedev, chargé d'une commission d'enquête, a désormais pour objectif de déterminer les causes du #crash. En attendant, le président a annoncé faire du lundi 26 décembre une journée de deuil national. Les passagers tués dans ce crash étaient bien connus du grand public russe, et de nombreux citoyens se sont déjà recueillis.