L’offre ne répond plus à la demande des abonnés, une panne technique, la grève des salariés au niveau de la société nationale de distribution d’électricité et d’eau Jiro sy Rano Malagasy (JIRAMA), un entretien du matériel, et quoi d’autre ? Aujourd’hui, la population peine à comprendre. La population est plongée dans le noir du #délestage. Maintes fois les Malgaches demandent les raisons des incessantes coupures d’électricité et d’eau. Et maintes fois, ils finissent sans réponse. Ils ont fini par en rire en donnant une nouvelle appellation à ladite société : JIRAMATY, ou la société de distribution d’électricité et d’eau qui ne marche pas. Cette bonne humeur semble apaiser quelque peu la frustration d’une population restée trop longtemps dans le noir, une population qui s’agite chaque jour, incertaine d’avoir droit à de l’électricité et de l’eau, pourtant indispensable pour suivre normalement le cours de leurs vies.

Publicité
Publicité

Délestage : Le quotidien des Malgaches est-il voué à tant d’imprévus ?

Pour pallier le problème, ladite société de distribution a décidé d’alterner les coupures et de mettre un calendrier de délestage. Il ne faut donc pas s’étonner certains jours, le voisin d’à côté ait l’électricité et pas nous ! Il faut aussi remarquer que certains quartiers sont plus priorisés que d’autres. C'est par exemple le cas des quartiers où l’on retrouve les hôpitaux, les hautes autorités comme la Présidence, les ambassades, les stations émettrices radios et télévision, et les zones industrielles. Les raisons sont justifiées, certes, mais il serait judicieux de ne pas faire fi des autres quartiers qui font face à l’insécurité, et agir sérieusement vers une solution durable. Ce serait l’idéal dans le meilleur des mondes, et cela éviterait bon nombre d’incidents.

Publicité

Enfin, la population a eu droit à de nombreuses réactions officielles annonçant la fin du délestage, dont des promesses présidentielles. Le Gouvernement a modérément tenu sa promesse pendant la francophonie. Mais le problème est revenu sans surprise au lendemain de l'événement. Pas plus tard que vendredi dernier, 16 décembre 2016, le chef du Gouvernement malgache a déclaré avoir mis la pression sur les principaux responsables. Il faudra aussi penser à augmenter la pression de l’eau. Le problème de pluviométrie l’a rendue insuffisante pour faire tourner efficacement les turbines des centrales hydroélectriques selon les dires de la JIRAMA. Qui dit mieux ? #électricité #Madagascar