La zone de tension se situe en particulier autour de l'archipel des Spratleys. Cette zone a également fait l’objet de revendications d’États : le sultanat de Brunei, la Malaisie, les Philippines, Taïwan et le Vietnam et elle est aussi convoitée par la #Chine. Les #Etats-Unis ont appelé la Chine à respecter la décision du tribunal d'arbitrage de La Haye ayant déjà invalidé ses revendications, et seraient prêts à l’affronter si elle continue à s’implanter dans la mer de Chine méridionale. C’est ce qui ressort des déclarations d’un haut responsables militaire, l'amiral Harry Harris, le commandant des forces américaines dans le Pacifique. Lors d’une conférence de presse donnée la semaine dernière à Sydney (Australie), le responsable américain a en effet indiqué la détection par satellite de systèmes d’armes placés sur des îles artificielles en mer de Chine.

Publicité
Publicité

Les images satellites indiquent ce qui est susceptible d'être des systèmes d'armes anti-aériens rapprochés (CIWS) destinés précisément à contrer les missiles de croisière et qui constitueraient une ligne de défense puissante face à des missiles de croisière. En mai 2015, d’autres images satellites avaient dévoilé que la Chine construisait ces îles artificielles sur des récifs, ce qui ne permet pas de les revendiquer en tant que territorialité nautique selon le droit international. Mais près d’un an et demi après la détection de ces îlots, Pékin installe des dispositifs défensifs anti-aériens. Ils viennent d'être déployés en vue de constituer un parapluie de protection pour un futur déploiement de moyens mobiles. Ces îlots sont de véritables porte-avions avec des bases aériennes bientôt opérationnelles.

Publicité

Car la Chine a également construit des pistes d'atterrissage militaires sur ces îles.

Les troupes en alerte dans les deux camps.

En résumé, avec un ensemble de porte-avions pratiquement impossibles à couler, la Chine pourrait réguler voir complètement interdire la circulation maritime dans cette zone de mer de Chine Méridionale. Un domaine maritime partagé n’a pas à être fermé unilatéralement, car la liberté de navigation est un principe intangible, tel que le rappelle le chef de la flotte américaine du Pacifique.

Et les patrouilles aériennes et navales américaines ont déjà mis en colère les Chinois. Cette semaine, Pékin vient de menacer d’une véritable catastrophe si une telle situation devait perdurer. Selon les États-Unis, les Chinois se comportent d’une manière agressive et sont prêts à y répondre si besoin est. Des commentaires qui ne vont pas arranger les relations entre les deux rivaux mondiaux. Pratiquement au même moment, le président des Philippines, Duterte, indique vouloir mettre un terme à un accord de coopération concernant la présence de bases militaires américaines dans son pays. #Asie