Le 2 Décembre, le Parti de la liberté d'#Autriche (FPO) a tenu son dernier meeting de campagne présidentielle. Heinz-Christian Strache, président du parti, ainsi que son adjoint, le candidat Norbert Hofer, ont une fois encore appelé tous leurs soutiens à s'exprimer lors du vote, ne souhaitant pas rabattre un optimisme grandissant quant au dénouement de ce suffrage. Sur la nécessité de transformer l'Union Européenne, les propos du président du parti ont été sensiblement soutenus par de vifs applaudissements. Heinz-Christian Strache dira à propos de cette organisation, lors d'un entretien avec la correspondante de Sputnik Ilona Pfeffer, qu'elle est "un monstre bureaucratique, 40 000 fonctionnaires, des lobbyistes, des commissaires européens qui décident d'augmenter leurs salaires de 10 000 €".

Publicité
Publicité

Des paroles qui portent donc le peuple autrichien vers les bras grands ouverts de ce parti d'extrême-droite, qui semble s'adresser au nom de tous les citoyens. De manière plus globale, les fidèles du parti voient dans l'élection de Hofer l'occasion de rétablir une certaine justice et une égalité au niveau international.

Que se passera t'il au niveau mondial si Hofer accède au pouvoir ?

De son par son discours parfois hargneux et direct, le candidat à l'élection autrichienne est comparé au président américain élu #Donald Trump. De ce fait, selon l'interlocuteur de Sputnik, cette comparaison est jugée "formidable", car elle pourrait potentiellement se transformer en une coopération américano-autrichienne prospère et durable. L'homme politique déclarera que s'il arrive à "faire venir Donald Trump et Vladimir Poutine à Vienne, pour lancer le mouvement contre la guerre froide, vers la vraie coopération et le développement pacifique, ça serait formidable".

Publicité

De plus, Heinz-Christian Strache souligne qu'en tant que président autrichien, Norbert Hofer sera en mesure d'exposer clairement les priorités de son pays et de participer activement au règlement des conflits au Proche-Orient.

Si l'arrivée à la tête de l'Autriche d'un parti d'extrême-droite fait peur à l'Union Européenne, elle est également le symbole d'un renouveau dans la politique actuelle, une adaptation aux nouveaux défis que vont devoir affronter les hommes politiques d'aujourd'hui et de demain. #Élections