Ayant coûté la vie à 92 personnes Dimanche dernier, le #crash du vol militaire à destination de la Syrie, transportant des militaires russes reste encore aujourd'hui un mystère aux yeux des experts. Diverses pistes ont été explorées, et le déchiffrage des boîtes noires, retrouvées et d'ores et déjà en cours d'analyse, devraient donner des résultats dans moins de deux semaines, selon Maxime Sokolov, le ministre des Transports. Actuellement, les personnes impliquées dans la recherche de la cause du crash envisagent sept hypothèses, aucune n'est prioritaire. La piste terroriste fait également partie de ces multiples possibilités. Sergueï Baïnetov, directeur de la sécurité aérienne de l'armée de l'air et chargé de diriger l'enquête, a annoncer qu'il n'y a pas eu d'explosion, rajoutant que l'usage d'engin explosif "n'est pas la seule manière de commettre un attentat".

Publicité
Publicité

Cette hypothèse d'attaque volontaire, bien que possible, est à ce stade loin d'être la plus probable. En effet, les premiers résultats auraient indiqué un problème technique à bord. Maxime Sokolov déclarera à ce sujet : "Il est clair qu'il y a eu un dysfonctionnement technique. Les experts devront en éclaircir les raisons [...]." Le reste des éventualités concerne la présence d'une matière étrangère dans le moteur, une erreur humaine, ou même une défaillance technique quelconque.

Quelles ont été les recherches sur le lieu de l'incident ?

Moins d'une semaine après le drame, plus de soixante-dix plongeurs ont fait partie d'une vaste opération de recherche dans les zones concernées, cependant elle semble toucher à sa fin. Dans le but d'en construire une maquette de l'avion, les quelques 1800 pièces de ce Tupolev ont, quant à elles, été remontées à la surface, afin d'être déplacées vers un terrain aménagé.

Publicité

19 corps de victimes ont été retrouvés, 17 ont été transportés vers la capitale russe. Pour identifier ces victimes, le Ministère russe de la Défense a fait savoir qu'il y aura des tests ADN pour connaître l'identité de ces personnes disparues. #Russie #Terrorisme