Les funérailles des quatre jeunes officiers tués par Fadi Qunbar à Jerusalem dimanche ont été célébrées ce jour. Il s’agit de la lieutenante Yael Yekutiel (promue première lieutenante), et de trois aspirants (lts en second ou ainsi promue, pour Shira Tzur, à titre posthume), Shir Hajaja, Shira Tzur, et Erez Auerback, tous les quatre âgés de 20 ans. Erez Auerback et Shira Tzur étaient de familles originaires des États-Unis et jouissaient de la double nationalité. La police et l’armée israéliennes, qui avaient bouclé le quartier palestinien de Jabal Muqabar, ont annoncé avoir procédé à neuf arrestations, dont cinq membres de la famille du meurtrier.

Publicité
Publicité

Sa sœur aurait déclaré être fière que son frère soit mort ‘’en martyr’’. Sa demeure familiale devrait être détruite dans les prochains jours.

Daesh, vraiment ?

Il est hors de doute que le mode opératoire ait été inspiré par les attentats de Nice, puis Berlin, et c’est sans doute pourquoi le Premier ministre israélien a évoqué Daesh. Mais les groupes affiliés au califat utilisent aussi des camions bourrés d’explosifs. Ainsi, un #Attentat-suicide a été mené ce matin contre un poste de contrôle égyptien dans le nord du Sinaï. L’explosion du camion a provoqué la mort du conducteur et celles de neuf personnes, provoquant aussi dix blessés. L’attentat a été suivi d’échanges de coups de feu avec d’autres djihadistes à el-Arish. La plupart des victimes sont des policiers. Il s’agissait cette fois d’une benne à ordures qui avait été volée à el-Arish la semaine dernière.

Publicité

Fadi al-Qunbar était le père de quatre enfants, dont une fillette que sept mois. Ce n’est pas le seul chargé de famille à avoir commis des attentats en Israël, rapporte The Times of Israel, citant le cas d’une femme d’Hebron de 72 ans. Son camion était son instrument de travail. Contrairement à ce qu’avait indiqué le Hamas, qui l’a qualifié de ‘’héros’’, il n’avait, selon sa sœur, jamais été emprisonné. Selon sa famille, il n’était affilié à aucune organisation en particulier. Selon la presse israélienne, l’examen de ses communications sur les réseaux sociaux ne permet pas de déterminer s’il avait noué des relations avec Daesh. Hamas a certes organisé un défilé à Gaza en sa mémoire, l’organisation Djihad islamiste a vanté son acte criminel, mais sans revendiquer l’avoir motivé directement.

Benjamin Netanyahu en difficulté

Cet attentat ne détourne pas l’attention sur le devenir du Premier ministre israélien. Selon les dernières informations d’Haaretz, il aurait passé un accord secret avec l’éditeur du quotidien Yedioth Aharonot, Arnon Moses, dont le titre critiquait son action gouvernementale.

Publicité

Sa démission est envisagée. Pour le moment, sa réaction à l’attentat n’est pas critiquée. Le cabinet ministériel a décrété la détention de toute personne s’exprimant favorablement sur les organisations terroristes liées à Daesh. Il en sera de même pour toute personne ayant manifesté une approbation de l’attentat. Selon des témoins, des Palestiniens présents sur les lieux de l’attentat auraient applaudi l’action du terroriste. Une barrière devrait être érigée autour du quartier Jabal Mukaber, qui reste bouclé par la police. Le ministre du Logement, Yoav Galant, a suggéré que la famille du meurtrier soit déportée en Syrie et que la citoyenneté israélienne soit retirée à toutes celles et ceux glorifiant le terrorisme. Le ministre de la Défense, Avigdor Lieberman a aussi déclaré ‘’l’attaque a été inspirée par Daesh’’, mais en se référant seulement au mode opératoire. Pour le moment, il reste envisagé que Fadi Qunbar ait pu agir de sa propre initiative, sans en avoir référé à quiconque. Le Crif a condamné l'attentat sans l'attribuer à Daesh mais son président, Francis Kalifat a demandé ''le report de la Conférence de Paris qui n'a pas lieu d'être et dont la tenue [le 15 prochain] ne ferait que mettre en valeur ceux qui (...) ont déclaré leur soutien au terrorisme''. #Jérusalem #Netanyahu