Moulée dans son sourire de déesse, cette Camerounaise aux multiples talents, s'est naturellement ouverte au public, il y'a quelques années de ça, en compagnie de ce danseur très connu pour ses reprises chorégraphiques du King of Pop (Michael Jackson) Chris Badd du Cameroun. Rapprochée de ses valeurs culturelles, cette native de Garoua, partage en elle plusieurs races et ethnies, dont celle d'Allemagne, d'Italie, et de son #Cameroun natal. Consciente des combats qu'elle a à mener pour l'appropriation de sa culture, Jy Junelle parle couramment fufuldé (dialecte utilisé au Nord Cameroun), Ewondo (dialecte utilisé au Sud Cameroun), Anglais, français et italien.

Publicité
Publicité

Son multiculturalisme lui permet sans détour de revisiter une par une les fibres de chacune de ses appartenances. Ayant tour à tour vécu en Suisse et au Luxembourg, l'artiste vient définitivement de s'installer en France pour continuer son travail de concepteur d'art chorégraphique, de musicienne et de danseuse. Habituée de la scène musicale, cette Camerounaise encrée dans ses racines profondes nous sert sans conteste son single "Abeng" qui cartonne dans les chaines nationales de son pays. Très souvent invitée des podiums, elle fera la première partie des 10 ans d'anniversaire du groupe mythique du Camerounais X-Maléa à Yaoundé.

Lorsque la musique et la danse font corps, Jy Junelle s'y parfait en symbiose avec sa créativité

Toujours en quête d'un idéal qu'elle veut parfaire à sa sauce, cette jeune femme travaille depuis des années pour des projets à venir pour la jeunesse de son pays.

Publicité

La situation des artistes étant encore tabou dans son pays, Jy Junelle remet en question la question de droits d'auteurs et pense qu'un artiste devrait naturellement vivre de son art, car pour créer, il faut beaucoup donner de soi et ceci mérite une récompense pour l'intérêt porté à leur travail. Selon cette chorégraphe, certaines personnes considèrent l'art comme une distraction, ce qui devrait à tout prix être banni de leur esprit.

Chanter, créer, performer, danser, faire des installations revêt un côté expressif et dominateur de sa personnalité. Son CD Abeng compte un Maxi de sept titres dont Koum Koum (ici représentant les battements de coeur) initié pour exprimer l'amour dans ce monde parfois dénué d'amour, ou encore "Femme sait tout faire", qui raconte tour à tour la vie au quotidien, celle des voisines, sensibilise la jeunesse entre autres. Se considérant comme une coeur à prendre, cette belle africaine laisse son coeur à qui voudra l'aimer sans à prioris et sans complexes. Jy Junelle nous ne cessera de nous entrainer dans son idéal à travers ses créations et entame ainsi une nouvelle page de sa carrière. #Danse #Chorégraphie