Avec leur 8891 km de frontière commune, la plus longue frontière terrestre séparant deux états, le Canada et les Etats-Unis ont des liens inextricables. Leur destin économique est également intimement lié : leurs relations commerciales se mesurent par 545 milliards de dollars d'échanges annuels. 9 millions d'emplois américains dépendent des échanges avec le Canada et plus de 75 % des marchandises canadiennes partent vers les Etats-Unis. Ils sont tous deux, avec le Mexique, signataires de l’Aléna, un traité commercial qui les lie depuis 1992, mais que #Trump dit vouloir renégocier. Autant dire que la pression pour que cette rencontre se passe bien est à son comble !.

Publicité

Publicité

Deux hommes aux antipodes

Sur un site de rencontre, la matrice n’aurait jamais rendu possible un "match" entre le président américain et le Premier ministre canadien. Question compatibilité, les deux voisins nord-américains sont en désaccord sur beaucoup trop de points pour que tout se passe normalement : environnement, immigration, réfugiés, libre-échange, avortement.

Fervent partisan du libre-échange, Justin Trudeau doit argumenter contre les tendances protectionnistes de Trump pour maintenir une stabilité des deux côtés de l’immense frontière. Les enjeux sont importants. Pourtant, alors que les intentions du Canada sont claires, le président américain n’a encore rien laissé transparaître de la direction qu’il prendra dans cette discussion. Politiquement et humainement, tout les sépare, pourtant à l’aube de la St-Valentin, deux hommes aux antipodes l’un de l’autre (ou au moins l’un deux) doivent conserver une illusion d’harmonie commune pour sauver deux économies respectives.

Publicité

Si seulement tous les thèmes de la discussion restaient autour de l’économie ?

Marcher sur la corde raide

Même si tout se passe bien d’un point de vue discussion économique, pour de nombreux autres aspects, le Canada marche sur la corde raide. #trudeau va-t-il aborder des questions d’immigration ou d’accueil de réfugiés ? Vont-ils juste effleurer les valeurs canadiennes vs. les valeurs américaines ? L’idée de se retrouver à une table de négociations autour de laquelle autant de sujets sont tabous est une formule qui peut incontestablement mener à la catastrophe.

Il s’agit certes d’une première rencontre pendant laquelle tout ne sera pas forcément abordé, mais l’habileté diplomatique et #Politique requise du côté canadien n’aura pas le choix d’être excellente cette fois-ci et les suivantes.