Depuis bientôt un mois, tous se demandent qui est à l'origine de l'assassinat du demi-frère de Kim-Jong-Un dans un aéroport de Malaisie. Une enquête a débuté, sous l'égide de la Malaisie, et elle a déterminé que ce dernier avait sans doute été assassiné pour des raisons politiques - car il était perçu comme trop proche de l'Occident, et prêt à fuir définitivement la #Corée du Nord. Pour poursuivre cette enquête, les autorités malaisiennes avaient des questions à poser à l'ambassadeur de Corée du Nord à Kuala Lumpur, mais ce dernier a refusé de venir à leur rencontre pour être interrogé.

Publicité

Le verdict est tombé hier : l'ambassadeur dispose de 48 heures pour quitter le territoire malaisien.

Publicité

Assassinat

L'événement qui a mis le feu aux poudres est l'assassinat de Kim-Jong-Nam à l'aéroport de Kuala Lumpur. Le 13 février, dans cet aéroport, le demi-frère de l'actuel dirigeant nord-coréen, tombé en disgrâce dans son pays à cause de ses relations avec l'Occident, était en transit vers Macao. Alors qu'il marchait dans l'aérogare, deux femmes se sont glissées derrière lui et l'une d'entre elles lui a projeté une substance au visage, puis toutes deux se sont enfuies. Apparemment rongé par cette substance, le demi-frère de Kim-Jong-Un se serait rendu à l'infirmerie de l'aéroport, puis serait décédé dans l'ambulance qui devait le mener à l'hôpital. La mort est survenue en moins de 20 minutes. Quelle était donc cette substance ? Un agent neurotoxique plus dangereux encore que le gaz sarin - utilisé lors d'un attentat au gaz dans le métro de Tokyo -, considéré comme une arme de destruction massive au même titre que le gaz moutarde.

Publicité

Deux suspectes ont été interpellées dans l'aéroport par la police, une Indonésienne de 25 ans et une Vietnamienne de 28 ans. Pour ce crime, elles risquent la pendaison après leur passage devant la justice malaisienne. De plus, leur défense étaient plutôt douteuse : en effet, elles affirment avoir été dupées, car elles pensaient participer à un vidéo gag. Ce serait donc une tierce personne qui leur aurait demandé de projeter cette substance sur Kim-Jong-Nam, leur faisant croire que la scène était filmée car elle serait comique.

Relations diplomatiques

Depuis ce 13 février, les relations entre la Malaisie et la Corée du Nord sont au plus bas. En effet, une enquête a débuté le même jour, et le gouvernement de Pyongyang a mis en doute son impartialité, accusant la Malaisie de conspirer contre lui en y étant poussée par ses ennemis - notamment la Corée du Sud. De plus, la Corée du Nord a dit ne pas connaître le défunt. Sommée de s'excuser sur ses assertions concernant cette enquête, la Corée du Nord a refusé.

Publicité

Le Premier ministre malaisien a trouvé cette attitude " impolie ", et a réclamé l'ambassadeur. Ne s'étant pas rendu à cette convocation du ministère, le ministère des Affaires étrangères a ordonné son expulsion avant lundi 18h. La raison en est ce refus, selon la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques. Jusque-là, la Malaisie et la Corée du Nord entretenaient de bonnes relations, et l'archipel était l'un des rares pays à avoir conclu des accords avec le régime de Kim-Jong-Un - malgré les essais nucléaires de Pyongyang, condamnés par la communauté internationale.