À Washington le limogeage du patron du #FBI a provoqué une véritable onde de choc. Le président américain a renvoyé James Comey, en poste depuis le 4 septembre 2013. Le motif officiel de ce licenciement serait la gestion controversée de l'affaire des emails de l'ancienne candidate Hillary Clinton, une affaire qui lui avait portée préjudice dans la course à la Maison-Blanche. Le renvoi du numéro un des services secrets américains aurait eu lieu sur recommandation du ministre de la justice, Jeff Sessions et de son adjoint Rod Rosenstein; a communiqué le porte parole de la Maison-Blanche mardi matin.

Dans la matinée du 9 mai, le FBI a fait part au Congrès de certaines erreurs dans le témoignage de leur patron, interrogé sur l’enquête des emails privés d’Hillary Clinton.

Publicité
Publicité

Dans sa déclaration, James Comey a dévoilé l’existence de « centaines et milliers » de dossiers contenant des informations classifiées qui auraient été envoyés à des collaborateurs de la candidate démocrate. Le FBI s’est alors empressé de démentir ces affirmations.

Une décision qui fait polémique

L’annonce du limogeage de James Comey a fait l’effet d’une bombe outre-Atlantique. Les démocrates voient en cet acte un désir de la part du nouveau gouvernement d’affaiblir l’enquête du FBI dans l’implication de la Russie dans la campagne présidentielle des deux candidats. Le Congrès a immédiatement pris position en faveur de l’ex-patron des services fédéraux, avec plusieurs sénateurs, démocrates en majorité, qui voient en cette décision un souhait d’étouffer l’affaire de l’implication de hacker russes qui auraient coûté la victoire à Hillary Clinton.

On se souvient que pendant la campagne, Donald #Trump avait salué le courage de James Comey et avait même décidé de la maintenir en poste dès son investiture.

Publicité

Cependant, le 20 mars dernier le patron du FBI alors en poste avait confirmé au Congrès l’ouverture d’une enquête sur une possible coopération entre des membres de l’équipe de campagne du magnat de l’immobilier et la Russie, immédiatement démenti par Donald Trump.

Quelles suites pour l’enquête ?

D’après les premières informations l’enquête se poursuivrait et il reviendrait au prochain directeur du FBI de peser sur les conclusions et les débouchés de l’enquête concernant de possibles poursuites. Les membres du Congrès auraient même souhaité mettre en place une cellule d’enquêteurs indépendants nommés à part égale par les démocrates et les républicains. Pour le moment la requête reste sans réponses. #jamescomey