"Si l'élection avait eu lieu le 27 octobre, je serais votre présidente" a affirmé Hillary Clinton, le mardi 2 mai. Que s'est-il passé le 28 octobre? James Comey, le directeur du FBI, envoyait une lettre ouverte au Congrès dans laquelle il mettait en doute l'intégrité de la candidate dans l'affaire des e-mails (elle était accusée d'avoir dissimulé des emails compromettants, violant ainsi la loi fédérale. Depuis, elle a été blanchie par le FBI).

Le même jour, WikiLeaks rendait public des courriels de sa campagne. L'ancienne candidate a été jusqu'à accuser Vladimir Poutine, sans le nommer, d'avoir interféré dans l'élection : "Il a certainement interféré avec notre élection, pour me faire du mal, et si vous regarder les déclarations de mon candidats, elles semblent coordonnées avec les buts de ce dirigeants qui ne sera pas nommé ici." Ce n'est pas la première fois que l'ancienne candidate a lancé ce genre d'accusations.

Publicité
Publicité

Pour appuyer son propos, l'ancienne First Lady a attiré l'attention sur le timing des révélations sur les divers candidats : "Quelques heures après que la vidéo d'Hollywood Access [durant laquelle #Donald Trump faisait des commentaires dégradants sur les femmes], les Russe WikiLeaks sortaient nos emails". Hillary Clinton a également admit avoir une part de responsabilité dans sa défaite, mais selon elle, ce sont les événements des dix derniers jours de la campagne qui ont joué un rôle déterminant dans sa défaite. A noter qu'à l'époque, Donald Trump avait formellement appelé Vladimir Poutine a hacker la candidate et rendre public ses emails.

Les Républicains s'offusquent

L'actuel président s'est fendu d'une réponse sur Twitter : "Le directeur du FBI Comey est la meilleure chose qui soit arrivée à Hillary Clinton, car il a laissé passé beaucoup de ses méfaits ! L’affaire bidon Trump-Russie était une excuse utilisée par les démocrates pour justifier la perte de l’élection." Même son de cloche de Newt Gingrich, ancien chef de la majorité républicaine au Congrès, devant Fox News : "Elle n'arrive pas à se réconcilier avec la réalité."

Hillary Clinton a également promis de revenir sur les raisons de sa défaite dans un livre confession, prévu pour l'automne.

Publicité

"Se replonger dans la campagne est pour le moins difficile" a-t-elle rajouté. Elle a aussi promis que le livre contiendrait une "demande d'absolution" pour ses erreurs personnelles. #Etats-Unis