Face à la montée des tensions entre les USA, première puissance #Nucléaire mondiale, et la #Corée du Nord, puissance croissante dans ce secteur, le président américain Donald #Trump a appelé à la prudence et à "se préparer au pire" face aux intentions du royaume ermite, les deux belligérants se trouvant au bord d'une guerre comme jamais dans l'histoire auparavant. Le déploiement de l'USS Carl Vinson près des côtes de la Corée du Nord, à l'origine des agitations de ces dernières semaines, ainsi que le tir raté d'un missile balistique il y a peu de temps côté nord-coréen, ont été deux événements qui ont contribué à instaurer un climat de guerre dans la région.

Publicité
Publicité

Mr. Trump aura déclaré au Washington Post que la situation avec la Corée du Nord "pesait lourd sur ses épaules", et qu'il ne fallait plus "tolérer cela plus longtemps". Des aveux qui contrastent avec ceux énoncés début Janvier, où le président, alors président élu, avait affirmé que "Jamais un missile nord-coréen n'atteindra les Etats-Unis". Face à ce revirement de discours, la situation ne semble pas sous contrôle total du président et de son administration.

Quelle(s) solution(s) détient Donald Trump face à Kim Jong-Un ?

Afin de contrer les différents reproches et les multiples menaces qui émanent des deux camps, Donald Trump a choisi de faire appel à la Chine pour réguler le dialogue avec son voisin commercial et territorial. Dans cette optique, une discussion s'est créée avec Xi Jinping, président chinois, afin que ce dernier utilise à bon escient son influence sur la Corée du Nord pour la faire renoncer à ses menaces, et, dans la mesure du possible, la contraindre à la faire stopper ses essais nucléaires et tout son programme balistique.

Publicité

Seul le temps nous dira si cet échange aura une incidence positive, et si un retour vers une paix, temporaire ou durable, est envisageable.

Contraint par une relation qui se complique avec la Russie, Donald Trump joue carte sur table en se rapprochant politiquement avec la Chine, qu'il avait accusé dès le début de son mandat de ne pas jouer franc jeu sur l'aspect commercial, menaçant alors de taxes supplémentaires les produits chinois. Visiblement, cette confrontation directe avec la Corée du Nord l'a poussé à revoir sa stratégie de communication avec son premier créancier dans le monde.

Créée en 1953 des ruines de la guerre de Corée, la Corée du Nord s'est tout de suite établie en bastion communiste, et a continué d'en être un, même après la chute de l'URSS en 1991. Développant depuis plusieurs années son programme nucléaire, la Corée du Nord représente aujourd'hui une menace réelle pour la paix dans le monde.