C’est toute la ville de #BAFIA qui est émoie après l’annonce faite par les enquêteurs. Le corps de Monseigneur Jean Marie Benoît Balla a été retrouvé à plus de 7 km du pont d’Ebebda par un pêcheur Malien. Ali Ahoudji Dienta explique qu’il a pris sa pirogue le matin pour aller monter ses filets le long du grand fleuve. C’est alors qu’il découvre le corps de l’évêque flottant sur la rive gauche. Son premier réflexe l’amène à attacher le corps à un arbre près du rivage. Le pêcheur remonte le courant pour aller alerter les sapeurs-pompiers et la Marine qui concentrent l’enquête au niveau du pont d’Ebebda. Très vite, les enquêteurs rejoignent le lieu indiqué par le pêcheur.

Publicité
Publicité

Le corps repêché est amené à Ebebda (lieu de sa disparition, ndlr). Sur place, le corps est identifié en présence des hauts dignitaires de l’église catholique au Cameroun : l’archevêque métropolitain Monseigneur Jean Mbarga et le Président du Conseil Episcopal du Cameroun Monseigneur Kleda. La dépouille de l’évêque de Bafia est amenée à la morgue de l’Hôpital Générale. Elle sera autopsiée.

Dans la foulée de cette découverte, le Procureur de la République auprès de la Cours d’Appel de la région du Centre ouvre une enquête. Celle-ci devrait permettre de connaitre les causes exactes de la mort du prélat.

Retour sur les évènements de ces dernières heures

Selon le témoignage donné par la sœur secrétaire de la paroisse de Bafia, après une journée intense, Monseigneur Balla prend son repas du soir à 19 heures et 30 minutes mardi dernier.

Publicité

Il va se coucher par la suite. A 23 heures, l’évêque habillé en costume demande au gardien d’ouvrir la barrière. Il conduit lui-même son véhicule car son chauffeur avait quitté son service plutôt, en fin de journée.

Cette même nuit, Monseigneur Balla prépare trois correspondances scellées avec la mention « Urgent ». Ces courriers sont adressés au Nonce Apostolique, à l’archevêque métropolitain et au préfet en charge des sœurs religieuses. L’évêque de Bafia les dépose alors sur la table de la sœur secrétaire.

L’inquiétude !

Au réveil, la sœur découvre les courriers et s’affaire à les acheminer. Ce matin-là, le vicaire qui doit effectuer le voyage pour Yaoundé annule son déplacement. Comme à l’accoutumé, le chauffeur de l’évêque arrive à l’évêché à 8 heures. Mais Monseigneur Bella est introuvable. L’inquiétude monte d’heure en heure. L’abbé Ayissi, de la Paroisse de Balamba (Petit village situé à quelques encablures de Bafia, ndlr) qui se rend à Yaoundé, fait un détour par l’évêché. Il sera prié par la sœur secrétaire de déposer les courriers de l’évêque à la capitale. C’est chemin faisant qu’il aperçoit la voiture du prélat, garé sur le pont de la #Sanaga. Surpris, l’abbé passe un coup de fil au chauffeur en lui demandant pourquoi le véhicule est garé à Ebebda. C’est ainsi que l’alerte est donnée. Et c’est deux jours plutard que le corps de Monseigneur Jean Marie Balla est repêché près de Monatelé. #Eveque