La culture pressent dans son plus simple atout, cette capacité à pouvoir s’ouvrir au monde à travers ses #traditions, ses coutumes ou encore ses échanges. Partager des émotions, des partenariats ethniques, ou même de la gastronomie du terroir, implique une dynamique culturelle solide pour l’élargissement des coutumes de nos principes d’expression traditionnelles. L’Afrique a-t-on souvent l’habitude de le signifier, regorge de nombreuses richesses terrestres, notamment celle de sa culture véritable que sont ses traditions. La Cameroun, cité ici comme l’Afrique en miniature, a su conserver cette essence à travers ses différentes ethnies et langues.

Publicité
Publicité

Le Festival culturel ME-MI-KE (qui signifie en langue Bamoun de la région l’Ouest Cameroun « Je dis hein » ?), placé sous le prisme de la diversité culturelle, nous sert avec générosité ses différentes richesses à travers les activités et les présentations offertes.

En cette année 2017, ce festival culturel en est à sa 8e édition et ne cesse de grandir en notoriété et en découvertes. Sous le thème « Diversité culturelle et cohésion sociale », le #Festival ME-MI-KE autrefois baptisée « Nuit de la Tabaski », sur le plan artistique était beaucoup plus musical, comédie entre autres. Toutefois, avec ses articulations centrées sur le genre féminin (intégration de la « beauté de la reine africaine »), on aura cette fois comme innovation, l’intégration du « Roi du mérite traditionnel» et le travail des 6 grandes écoles qui font dans le domaine artistique vivant et qui se mettront en compétition. Où il sera désormais couronné le Roi du mérite traditionnel et la Reine de la beauté traditionnelle.

Publicité

Afin d’annoncer les festivités de cet illustre festival culturel (qui se déroulera du 6 au 9 Septembre 2017 à Yaoundé), il a été commis une conférence de presse avec les hommes de médias culturel et du panel du comité d’organisation (Mr Arouna Njoya, communicateur du festival, Aisha Wirkom, journaliste, Larissa Ndjakomo, journaliste et modératrice, Docteur Ignace Bertrand Ndzana, représentant du CERDOTOLA, d’un représentant du MINAC, d’un représentant de la communauté du Sénégal et du Nigéria et enfin de Madame #Njoya Mamboune Mariama, présidente et fondatrice du festival). Il s’est ainsi tenu ce Mardi 13 Juin 2017, au lieu dit XTRA DANCE SPORT-TSINGA à Yaoundé (montée Aurore, en face de l’immeuble Parafifi).

ME-MI-KE et sa diversité culturelle, démet les barrières ethniques et proclame son unicité

Depuis la 1ere édition, l’accent avait été mis sur « l’intégration de la beauté de la reine africaine », par ailleurs, loin d’être une stigmatisation, la femme africaine étant porteuse, aura pleinement contribué à l’épanouissement de cette célébration. Comme l’a expliqué la marraine et fondatrice du festival, madame Njoya Mamboune Maraima : « si nous avions choisit comme dénomination “Nuit de la Tabaski“, ce n’était point pour valoriser la religion musulmane, mais simplement de célébrer cette fête culturelle avec le peuple de l’Ouest Bamoun. Ensuite voulant élargir et pérenniser nos traditions, le Festival ME-MI-KE a trouvé au Cameroun cette diversité exceptionnelle à faire découvrir toutes les régions du pays et même des pays voisins à travers son art et ses coutumes ».

Publicité

Comme partenaire, le CERDOTOLA (centre international de Recherche et de Documentation sur les Traditions et les Langues Africaines) offrira sa documentation riche en traditions, et le MINAC (Ministère des Arts et de la Culture) apportera son soutient logistique et stratégique, afin que cette fête de l’héritage africain puisse ainsi faire rejaillir sa grande richesse.

Un festival traditionnel aux relents suiveurs, s’ouvre en diversité au ME-MI-KE

Le CNTC (conseil national des chefs traditionnels), lui aussi impliqué dans cette célébration sera parmi les principaux jury de cette édition. Parmi les différentes catégories qui auront à concourir, l’on pourra retrouver les disciplines telles que : la mode contemporaine, l’art culinaire, la sculpture, la danse traditionnelle, la joaillerie, la peinture, la vannerie, l’architecture africaine, le textile, accessoires entre autres.

L’on pourra également parader dans la foire d’exposition des œuvres d’arts, assortie des Art’ Award baptisé MEMIK’AWARDS et voir des projection cinématographiques et documentaire sur la culture traditionnelle africaine. Durant la soirée de Gala (salle des fêtes de la Croix Rouge de Yaoundé), on couronnera ainsi les vainqueurs des élections du Festival ME-MI-KE.