La femme est celle sur qui l’humanité verra le jour et qui développera en partie l’essence de toute tribulation culturelle possible. L’avis, le regard, ou l’opinion de celle-ci retrace simultanément une idée, une pensée ou même une naissance de toute valeur intrinsèque de notre passage. Loin de vouloir développer un féminisme onéreux aux élans d’un sectarisme du genre, le festival #MIS ME BINGA (“Regard de Femmes“) partage avec son public, des films venus de partout dont la femme en est le principal atout.

Le festival nous fera découvrir les films les plus importants de la production féminine africaine d’une part, les films qui défendent au mieux la cause féministe et faits par des réalisateurs talentueux du continent.

Publicité
Publicité

En cette année, le festival disposera de deux jury officiels pour la compétition qui seront : Le Jury #Long Métrage (composé de Monica Nkodo, journaliste culturelle, et de Lore Criado-Engel, professionnelle en gestion de projets culturels internationaux) et le Jury Court Métrage (composé d’Eric Demtare, réalisateur, Marie Nadège Tsogo, chercheuse en cinéma au département d’Histoire de l’Université de Yaoundé I, et enfin de Franck Olivier Ndema, producteur et réalisateur). En prélude au festival MIS ME BINGA, qui se tiendra du 28 Juin au 1er Juillet 2017 à la salle de spectacle #Sita Bella (situé derrière le Ministère de la Communication), il a été organisé une conférence de presse ce Vendredi 23 Juin 2017, au lieu dit OTHNI (laboratoire de Théâtre sis à Titi Garage) à Yaoundé, avec les acteurs culturels et les journalistes afin d’annoncer la 8e édition de cette fête du cinéma qui s’annonce grandiose et spectaculaire.

Publicité

La femme dans son auto-persuasion séculaire, définit son identité au MIS ME BINGA

Un ensemble de courts, de moyens, et de longs métrages venant de tout horizons performeront en diffusion et en représentation lors de cette 8e édition spéciale. En effet, une nouvelle catégorie verra le jour celle de la compétition de Long Métrage. Des pays tels que le Niger, La Côte d’Ivoire, le Sénégal et le Cameroun se verront ainsi partager cette nouveauté qui insufflera un regain de possibilité et de découvertes à ce festival.

Le concours « Binga Talents » (organisé depuis 3 ans) fera des rétrospectives des années précédentes, suivi de la « Section Regard » destiné aux jeunes réalisateurs. La rubrique « He for She » ne mettra aucunement la présence de la gente masculine en berne, ceci en faisant découvrir cet autre aspect du festival encore inexploré. Ayant collaboré avec le CNA (cinéma numérique ambulant) et organisé une résidence d’écriture qui a vu la participation d’une Rwandaise, MIS ME BINGA via son promoteur et jeune réalisateur Narcisse Wandji (lauréat de nombreuses récompenses dont le dernier Walls, au festival Ecrans Noirs 2016) expliquera durant ce point de presse, l’importance du partage de ces réalisations en mettant en exergue les ateliers de formations disponibles.

FEM’ANIME, ou une autre vision de la femme au MIS ME BINGA

En collaboration avec l’association Tous’anime, le MIS ME BINGA organisera un atelier d’initiation au film d’animation dirigé par trois professionnels dont le réalisateur Jérôme Suffo.

Publicité

Il tiendra un atelier sur les techniques d’animations en court métrage. La thématique sera ainsi débattue sur place. L’atelier qui se déroulera du 27 au 30 Juin 2017, à OTHNI, comptera cinq femmes qui prendront part à cette première édition de l’atelier, et à l’issue des 5 jours, elles réaliseront un film d’animation d’une durée de moins d’une minute qui sera présenté à la remise des prix.

Le film d’ouverture « L’arbre sans fruit » d’Aicha Macky du Niger (Doc de 52 minutes), lancera les hostilités le 28 Juin à la cérémonie d’ouverture du festival. Les réalisations telles que : Le Jardin d’Akoua de Marcelin Bossou (fiction de 26 minutes) du Togo, Je te promets de Mohamed Yargui (fiction de 17 minutes) d’Algérie, ou encore Rêve corrompu de Chantal Youdom (docu-fiction de 45 minutes) du Cameroun, seront mis en compétition tout au long de MIS ME BINGA à la salle Sita Bella.

En revanche, les films en compétition recevront le Binga D’Or du meilleur Long métrage, du Meilleur Court Métrage et le prix de l’ambassadeur de la cause féminine.