L’évêque de Bafia vient de se suicider

Bafia est une petite ville située à une trentaine de kilomètres de Yaoundé la capitale du Cameroun. Le sujet qui anime toutes les discussions dans les chaumières et même dans tous les clubs de « matango » (vin de raphia très prisé par les populations locales), c’est ce désormais tristement célèbre évêque de Bafia. En effet ce dernier se serait donné la mort par noyade en se jetant du haut du pont d’Ebebda situé sur la Sanaga reliant Bafia et Yaoundé. D’après les premières informations recueillies sur les lieux du drame, ce dernier a pris soin de garer son véhicule et y laissé ses pièces personnelles, la clé sur le contact et un petit bout de papier sur lequel il est écrit « je suis dans l’eau ».C’est sa secrétaire particulière qui aurait remarqué son véhicule garé sur le bas-côté du pont elle-même se rendant a Yaoundé, chose qu’elle trouve suspecte ,encore que ce dernier ne répondait plus au téléphone depuis des heures ; elle décide donc d’alerter les autorités de la ville de Bafia qui ont fait une descente rapide sur le terrain ; pour le moment ils essaient donc d’authentifier l’écriture de ce dernier .

Publicité
Publicité

Acte prémédité ?

Il se fait dire d’après les informations recueillies auprès de ses collaborateurs que durant ces derniers jours, l’évêque s’attelait à liquider tous les dossiers qu’il avait sur sa table ; pourquoi ? La question demeure sans réponse. Cet d’évènement a le mérité de venir mettre de la poudre au feu, au vue de la tension qui régnait déjà à l’archidiocèse de Bafia, suite au décès dans des circonstances tout à fait mystérieuses d’un prêtre de cette archidiocèse. En effet ce dernier aurait été découvert dans sa chambre le corps inerte et sans vie il y a quelques jours. Cet acte vient encore jeter le discrédit qui pèse de plus en plus sur l’église catholique au Cameroun, celle-ci émaillé par divers scandales de mauvaise gestion et de pédophilie. « Si une autorité morale comme celle-là se suicide que vont faire les pauvres fidèles comme nous » ? Se demande de manière mélancolique un fidèle catholique.

Publicité

L’exemple vient d’en haut a-t-on coutume de dire, si donc les personnes qui sont en charge de nos vies spirituelles et nos âmes, qui sont censés nous apporter du réconfort même dans les moments les plus troubles de nos vies, ont la force et le courage de se livrer à des actes d’une telle violence ; c’est le monde entier qui va mal. Dans tous les cas cette histoire fera à coup sur les affaires des églises pentecôtistes qui ont le vent en poupe au Cameroun et qui ravissent aux églises catholiques et protestantes de plus en plus leurs fidèles. #Afrique