Publicité
Publicité

La #Corée du Nord a tiré un #missile balistique vendredi soir, à une heure inhabituelle. Le projectile a atterri dans l'océan, au large du Japon, ont déclaré des responsables nippons. "J'ai reçu des informations selon lesquelles la Corée du Nord a de nouveau mené un tir de missiles", a d’ailleurs déclaré le Premier ministre Shinzo Abe. "Nous analyserons immédiatement l'information et faisons tout notre possible pour protéger la sécurité des Japonais". Abe affirme aussi qu'il a convoqué une réunion du Conseil de sécurité nationale.

Le porte-parole du gouvernement japonais, Yoshihide Suga, précise que le missile a volé pendant environ 45 minutes et a atterri dans les eaux situées entre le Japon et la péninsule coréenne.

Publicité

La télévision publique japonaise NHK a déclaré que la Garde côtière a émis des avertissements de sécurité aux aéronefs et aux navires présents dans la zone.

Du côté de Washington, un porte-parole du Pentagone, le capitaine de la marine Jeff Davis, a confirmé que le lancement d'un missile balistique en Corée du Nord a été détecté par les autorités américaines. "Nous évaluons et aurons plus d'informations bientôt", a-t-il précisé de façon laconique.

Le secrétaire en chef du cabinet japonais a souligné le fait que que le lancement constitue une violation flagrante des résolutions de l'ONU, ajoutant que le Japon ne pouvait pas tolérer les provocations répétées du régime de Pyongyang.

Les essais nord-coréens se rapprochent du Japon

Ce lancement représente le 14ème test de missile effectué par la Corée du Nord en 2017, et survient dans les semaines qui suivent une déclaration des autorités de Pyongyang qui prétendent avoir testé avec succès un missile balistique intercontinental (ICBM) pour la première fois.

Publicité

Plus tôt cette semaine, un rapport du Pentagone, obtenu par The Wall Street Journal, a considéré une réduction du temps nécessaire pour que le régime de #Kim Jong-Un obtienne la technologie indispensable pour produire un missile nucléaire efficace. Le Pentagone croit maintenant que Pyongyang disposera de cette technologie dans un délai d'un an.

Le récent missile a échoué dans la zone économique exclusive japonaise, et les tirs nord-coréens s’approchent dangereusement du pays du Soleil-Levant. Le comité des chefs d'état-major de la Corée du Sud a également fait part de ces inquiétudes. Voilà Washington et Donald Trump prévenus, Kim Jong-Un semble déterminé à continuer les tests, qui sont de plus en plus précis…