Tout d'abord, il serait important de rappeler que la mort d'Abou Bakr Al Baghdadi (via des bombardements Russes) ne changera pas grand chose au sein de l'organisation de l'État Islamique. En effet, celui-ci n'a qu'une connotation symbolique, certes forte, mais non significative pour autant. Depuis 2015, celui qui se faisait appeler Calife de l'État Islamique, n'avait pas le même pouvoir que le chef d'Al-Qaïda puisque son pouvoir n'était plus centralisé depuis le début des frappes Américaines.

Daesh est mis en échec au Levant

En presque deux ans et demi, #Daesh a perdu plus de 60% du territoire qu’il a occupé en Irak et en #Syrie.

Publicité
Publicité

Par conséquent, 80% de ses revenus se sont vus disparaître. Il ne serait pas étonnant que le "califat" disparaisse totalement de Syrie et d'#Irak avant la fin de l'année 2017. Avec récemment la chute de Mossoul (Irak), il ne reste plus que la ville de Raqqa (Syrie) qui est occupée par les djihadistes. En effet, Moscou craint que les djihadistes qui ont fui Mossoul viennent renforcer les troupes qui restent à Raqqa.

Pour l'Union Européenne (U.E), il est certain que beaucoup de ces fuyards reviendront en Europe commettre des attentats comme le dit Julian King, le commissaire à la Sécurité de l’Union européenne : “Nous devons redoubler les efforts que nous faisons, comme a dit le ministre, pour renforcer les contrôles à nos frontières, y compris pour les citoyens de l’U.E. Et nous devons nous assurer que nous faisons tout notre possible de l’autre côté de nos frontières grâce à une coopération efficace avec les différentes forces de l’ordre.”.

Publicité

Effectivement, environ 2500 djihadistes issus de l'U.E seraient en fuite en direction de Raqqa. La crainte principale serait qu'ils se mêlent au flux de migrants.

Forte présence de djihadistes, se réclamant de l'EI, aux Philippines

Le sud de l'archipel des Philippines est devenu le lieu de violents combats entre les autorités Philippines et des combattants islamistes ayant prêté allégeance à Daesh. Dès lors, le président Philippin Rodrigo Duterte, a déclaré la loi martiale dans tout le pays.

Isnilon Hapilon, chef du groupe islamiste Abu Sayyaf et responsable de Daesh pour les Philippines, est responsable du carnage anti-Chrétien qui se déroule sur l'archipel. Abu Sayyaf a été fondé avec des financements appartenant à divers réseaux d' Al-Qaïda puis a prêté allégeance à Daesh aux alentours d'août 2014. Le nombre de combattants serait d'environ 2000.

Le lieutenant colonel Jo-ar Herrera, porte-parole de l'armée sur le terrain a indiqué que 82 militaires et 39 civils avaient été tués en six semaines. À peu près une centaine de combattants de l'EI seraient encore retranchés dans Marawi, et plus de 300 autres auraient été tués, d'après l'armée.