Les #femmes journalistes sont le réservoir de l’ensemble des informations concernant le genre dans le monde. Dans leur implication quotidienne, ces actrices de la société traitent et véhiculent l’information de manière stratégique et sectorielle, en se référant simultanément selon les expériences et les actions émises par leurs pairs. Soucieuses du devenir de chaque état, les femmes représentent une grande partie de l’électorat du Cameroun. Parfois appelé « gender sensitive », la femme reste le socle de toute famille et de toute résurgence triviale, lorsqu’on y prête certaines valeurs essentielles au bon fonctionnement de la société.

Le WILFP (Women’s Iinternational League for Peace and Freedom) avec le soutien du #MINPROFF (Ministère de la promotion de la femme et de la famille du Cameroun) financé par WILFP Suède, ont organisé ce 28 et 29 Juin 2017 à Douala, dans la salle de conférence du MINPROFF ( derrière la poste centrale de Bonanjo), un atelier de formation pluri-régionale de femmes journalistes dans le processus électoral et de paix.

Publicité
Publicité

Cette formation interactive avait pour but de prévenir les cellules d'alertes des femmes, visant à susciter la réflexion sur l'initiative au niveau national. le WILFP travaille en temps réel avec les communautés en cas de situation violente ou tendue dans les pays ou elles sont mises en oeuvre. Ce rassemblement a eu trait à des causeries éducatives sur l'importance de la participation des femmes dans le processus de paix notamment en période électorale.

Une sensibilisation territoriale avec pour but de partager l'information par le biais des femmes

Les prochaines échéances politiques sont une nouvelle dynamique dans le processus électoral qui surviendra dans les prochains mois au Cameroun. La participation des camerounais serait vivement souhaitable vu le nombre d'abstention qui s'en va grandissant.

Publicité

L'ignorance et cette non participation, pourrait provenir de plusieurs facteurs dont celui des troubles de guerres, ou encore du désintérêt des populations liées aux facteurs environnementaux (pauvreté, misère, tribalisme...).

Ce travail joue un rôle déterminant dans la conduite des élections en fournissant une plateforme de réflexion, mettre en place des centre d'écoute dans les pays africains ayant des élections. Un réseau de militants de la paix dotés des compétences nécessaires pour prévenir et répondre à la violence politique est l'une des prérogatives du #WILFP Cameroun. Comme l'a expliqué la présidente de la représentation du Cameroun Sylvie Ndongmo lors de son allocution, le but est de reproduire avec succès dans les pays ayant des élections, l'une des meilleures pratiques politiques de l'UA ( l'Union Africaine) prouvé par la campagne " le genre est mon agenda".

Le WILFP ou une projection électorale libre et transparente pour l'électorat féminin

La représentante du délégué régional du MINPROFF Littoral, madame Akota née Muna Isabelle Fortune, durant son discours lors de cet atelier insistera sur la faible implication des femmes dans les processus de paix, et sur ce, ONU Femmes du Cameroun, le MINPROFF et WILFP Cameroun, initieront de nombreuses actions, dont les plus récentes sont le plaidoyer pour l'élaboration du PAN de la résolution 1325 au Cameroun.

Publicité

Il s'agit de renforcer la solidarité des femmes au delà des frontières et démontrer leur capacité à initier des mesures préventives afin de s'assurer des processus électoraux pacifiques et démocratiques comme une mesure de paix et de sécurité, en conformité avec la résolution du CSNC 1325 et 1820 de l'Union Africaine.

En second recours la rencontre des différents membres des partis politiques est nécessaire afin qu'ils puissent réguler les résultats et conduire ce processus électoral et de paix. Le déploiement des missions d'observations des femmes (en précisant qu'elles ne seront là qu'en simple observatrices si les violences électorales se font sentir) est l'une des prérogatives de cette organisation ; toutefois, elles pourront recueillir les incidents de terrain en les signalant par téléphone ou par un autre canal. Le conseil des observateurs sur les questions urgentes au cour des élections, et le relai de ces préoccupations à la commission électorale du pays concerné pourront ainsi jouir du soutien de la police, des médias, des statisticiens avec les institutions étatiques et les autres partie prenantes.