Lorsqu’Emmanuel Macron lance durant la campagne électorale la phrase « J’agirai en Afrique en toute transparence, loin des réseaux de connivence », les jeunes africains ont vite vu en lui, l’homme par qui passera la rupture du très désastreux pacte colonial qui a toujours existé entre la France et l’Afrique. C’est ainsi que plusieurs comités de soutien au candidat « d’#En Marche » ont vu le jour sur le continent. Seulement, une fois au pouvoir, le Président de 39 ans semble pire que ses prédécesseurs.

Un Président Moralisateur

Chaque prise de parole de Macron sur l’Afrique s’est vite transformée en un sermon très virulent.

Publicité
Publicité

Et pire que Nicolas Sarkozy qui avait annoncé en son temps que l’Africain n’est pas assez entré dans l’histoire, l’actuel locataire du Palais de l’Elysée voit en l’africain un être primitif qu’il faut « remodeler » ; sinon comment comprendre qu’un Président dise du continent berceau de l’humanité que ses défis sont « civilisationnels » ? Une façon pour lui d’indiquer que l’Afrique est à recoloniser.

Pire encore, le jeune Président sans enfants pense pouvoir refonder la famille africaine qui pour lui est l’une des causes du retard qu’accuse le continent : « Quand des pays ont encore aujourd’hui sept à huit enfants par femme, vous pouvez décider d’y dépenser des milliards d’euros, vous ne stabiliserez rien » a – t – il regretté le mois passé lors du sommet du G-20 !

La fin de la « France-à- fric » ne sera pas sous Macron !

Un président qui prétend agir en toute transparence se saurait au lendemain de son élection dérouler le tapis rouge à des dictateurs féroces !

En effet, depuis son arrivée à l’Elysée, #Emmanuel Macron a déjà reçu de nombreux dictateurs Africains parmi lesquels Idris Deby du Tchad au pouvoir depuis 1990, et le Guinéen Alpha Condé, un autre empereur en gestation.

Publicité

Bien plus, plutôt que d’accompagner les jeunes africains dans leur quête du bien-être, Emmanuel Macron ne se contente que de déclarations à la « Ponce Pilate » du genre « Si on ne sent pas heureux dans la zone Franc, on la quitte et on crée sa propre monnaie comme l’ont fait la Mauritanie et Madagascar. Si on y reste, il faut arrêter les déclarations démagogiques, faisant du Franc CFA le bouc-émissaire de vos échecs politiques et économiques, et la France la source de vos problèmes »

Au vu de tout ceci, il devient donc important pour les jeunes africains de comprendre que la rupture tant attendue du pacte colonial entre la France et l’Afrique ne s’obtiendra pas avec Emmanuel Macron ; tant que l’Afrique ne prendra pas en main son destin, il demeurera une vache à lait pour la France ! #FRANCEAFRIQUE