Publicité
Publicité

C'est fait, la Corée du Nord vient de tirer ce vendredi 15 septembre, un nouveau tir de missile balistique au-dessus du Japon. Chose incroyable pour la communauté internationale après de lourdes sanctions prononcées par le Conseil de sécurité de l'#ONU contre Pyongyang. Le ministère de défense sud-coréen affirme que ce missile aurait parcouru 3700 kilomètres, atteignant une altitude d'environ 770 kilomètres avant de s'abattre dans les eaux du Pacifique. Les autorités japonaises ont précisé que le missile a survolé ce vendredi, l'île septentrionale d'Hokkaido à 7h06 minutes locales. Le #Japon est en alerte maximale et Tokyo proteste vigoureusement ces tirs de son voisin nord-coréen.

Publicité

Shizo Abe, Premier ministre du Japon, a affirmé que le Japon ne peut tolérer les dangereux actes provocateurs de Pyongyang qui menace la paix dans le monde. Le Pacom, entendu commandement américain du Pacifique a établi que le missile ne présentait aucune menace directe pour l'île américaine du Pacifique: Guam. On se souvient d'ailleurs que le régime nord-coréen a pourtant un projet de tir sur Guam. Cette île se situe à 3400 kilomètres de Pyongyang, et le missile testé a parcouru 3700 kilomètres, comme pour dire que Guam est à la portée de Pyongyang à présent.

Guam abrite d'importants moyens militaires des États-Unis. C'est un territoire qui a fait l'objet de vives tensions entre Washington et le régime nord-coréen en août dernier. Il faut le précise qu'il s'agit d'un deuxième tir de missile qui survole le Japon en moins d'un mois.

Publicité

Le précédent a été tiré le 29 août dernier, ajouter à ceci un test de bombe à hydrogène effectué le 3 septembre. Washington ne s'est pas encore exprimé, mais a cependant enjoint la Russie et la Chine, alliés de Pyongyang, de faire pression sur la #Corée du Nord.

''Si la Corée du Nord continue sur cette voie, son avenir ne sera pas radieux''

Tokyo met en garde Pyongyang par ces propos du Premier ministre japonais, Shinzo Abe. Tout laisse croire que ce tir de missile est une réponse à la batterie de sanctions votées par l'ONU. Le régime nord-coréen est visiblement entrain de défier la super-structure mondiale: l'ONU. Une réunion d'urgence du conseil de sécurité de l'ONU a été convoquée pour ce vendredi à 21h, heure de France pour essayer d'examiner et de tabler sur le cas des tirs de missile de Pyongyang. Des sanctions ont été également votées par l'Union européenne à la suite du tir balistique intercontinental nord-coréen capable d'atteindre l'Amérique du Nord.