Publicité
Publicité

Vers 8 heures ce matin (23 heures heure locale), un attentat s'est produit à #Las Vegas aux #Etats-Unis. Il s'agit d'une fusillade, et le bilan est déjà très lourd : plus de 50 personnes ont été tuées et plus de 200 ont été blessées sur le Strip, la célèbre avenue de la capitale du Nevada abritant des centaines de casinos. Immédiatement, le secteur de l'hôtel Mandalay Bay a été bouclé par les forces de l'ordre, parties à la recherche du tireur. Les touristes sains et saufs présents sur place ont été confinés dans les hôtels de l'avenue, ainsi que dans des autobus, pendant que d'autres se sont mis à courir jusqu'au tarmac de l'aéroport, situé à quelques centaines de mètres de là.

Publicité

De leur côté, les médecins, pompiers et ambulances sont venus porter secours aux blessés. Certains ont été soignés sur place, alors que d'autres étaient transportés à l'hôpital.

Une fusillade en plein concert

Selon les premiers éléments de l'enquête, les coups de feu auraient été tirés depuis une fenêtre du 32ème étage de l'hôtel Mandalay Bay. En contre-bas, des centaines de personnes assistaient à un concert de musique country donné en plein air sur le Strip. "Merci de ne pas diffuser de vidéos en direct [sur internet] et de ne pas partager les positions tactiques de nos officiers sur place. Cela peut mettre les secours en danger", a rapidement indiqué la police de Las Vegas, dont l'un des membres a été touché pendant l'attaque. Puis, vers 9 heures, les forces de l'ordre ont annoncé avoir abattu un suspect dans les étages de l'hôtel Mandalay Bay.

Publicité

Le shérif du comté, Joe Lombardo, a déclaré que l'assaillant était un "résident local" qui vivait à Las Vegas depuis 5 ans. L'homme, nommé Stephen Paddock, aurait vraisemblablement agi seul, et plusieurs kilos d'explosifs ont été retrouvés dans la chambre qu'il occupait au Mandalay.

Interrogé par CNN, un témoin de la fusillade raconte : "On a d'abord cru qu'il s'agissait d'un feu d'artifice. Mais le son n'était pas normal. Il y a eu une rafale de plusieurs centaines de tirs. Puis ils ont cessé pendant une minute, avant de recommencer..."

Par ailleurs, la Police américaine est toujours à la recherche d'une femme d'origine asiatique, nommée Marilou Danley, qui accompagnait Stephen Paddock, ainsi que de deux véhicules, immatriculés dans le Nevada, qui auraient été utilisés par le tireur quelques heures avant le drame.

Publicité

Sur la toile, le vent de panique a également touché les réseaux sociaux, et Facebook a rapidement mis en place le "Safety Check", son programme destiné à informer et rassurer les proches de personnes présentes à proximité d'un attentat. Ce dispositif permet également de vérifier si des amis ou des connaissances se trouvent en sécurité.

Les pays occidentaux de plus en plus touchés par les attentats

Même si on ignore encore tout des "croyances" du tireur de Las Vegas, on ne peut s'empêcher de faire un parallèle entre cette attaque et les précédents attentats perpétrés sur le sol américain, notamment dans des lieux de divertissement ou de concerts. Les exemples ne manquent malheureusement pas. A Orlando, en Juin 2016, 49 personnes avaient trouvé la mort dans une discothèque.

L'Europe a aussi connu son lot de malheurs. A Paris, en Novembre 2015, c'est la salle de concert du Bataclan qui était visée. 90 personnes avaient alors trouvé la mort. Plus récemment, en Mai 2017 à Manchester au Royaume-Uni, le concert de la chanteuse Ariana Grande a été attaqué, entraînant le décès de 23 personnes. Ces attentats ont tous été revendiqués par le groupe Etat Islamique, ce qui n'est, pour l'instant, pas le cas de l'attaque de Las Vegas.