Ce vendredi 6 octobre, le comité #Nobel norvégien a remis le Nobel de la paix 2017 à l'ICAN, la campagne internationale pour l'abolition des armes nucléaires. Ce prix fait écho à une actualité de plus en plus menaçante, notamment face à la #Corée du Nord qui multiplie les essais nucléaires ces derniers jours.

Qui est l’ICAN, lauréat du Nobel de la paix 2017 ?

L’ICAN est l’acronyme de International Campaign To Abolish Nuclear Weapons. Il s’agit d’un consortium de plusieurs ONG internationales qui militent pour l’abolition de l'arme nucléaire et la reconnaissance des conséquences désastreuses qu’elle peut avoir tant sur l’humain que sur l’environnement.

Publicité
Publicité

Il a été créé à Melbourne, en Australie en 2007 afin d’inviter les puissances nucléaires à "repenser leur stratégie de dissuasion". Grâce à son travail de lobbying international, 122 pays ont signé un traité historique d’interdiction de l’arme atomique en juillet dernier.

Le texte entrera en vigueur dès que 50 pays au moins l’auront ratifié. Pour l’instant, les 9 puissances nucléaires dans le monde ne l’ont pourtant pas signé : #Etats-Unis, Russie, Chine, Inde, Pakistan, Israël, France, Royaume-Uni, Corée du Nord. L’ICAN poursuit son travail auprès des nations, mais aussi des organisations internationales et la société civile, appelant à éliminer complètement les armes nucléaires.

Un prix Nobel symbolique

La décision du comité Nobel intervient dans un contexte délicat. Ces derniers mois, Donald Trump a - entre autres - remis en cause l’accord nucléaire iranien et provoqué par tweets interposés Kim Jong-un, chef suprême de la Corée du Nord qui, en échange, multiple les essais nucléaires.

Publicité

Aussi, Berit Reiss-Andersen, la présidente du comité Nobel norvégien a explicitement demandé aux pays concernés d’éliminer progressivement leur arsenal.

Aussi, ce prix Nobel de la paix est un appel non dissimulé aux puissances nucléaires à engager de sérieuses négociations et retirer de manière contrôlée les 15.000 armes nucléaires qui existent dans le monde. Il succède au prix décerné en 2016 au président colombien, Juan Manuel Santos, pour ses efforts en faveur du processus de paix avec les FARC, Forces armées révolutionnaires de Colombie. Il sera effectivement remis à Oslo le 10 décembre prochain et sera accompagné d’une donation de 9 millions de couronnes suédoises. Rappelons qu’il est le dernier des Prix Nobel attribués chaque année.