"C'est hyper décevant de perdre quand on est si dominateur en conquête", analysait le coach des avants lyonnais, Olivier Azam, dès la fin de la rencontre, "mais on a eu du mal à magner le ballon et leur défense a été très très dure". Effectivement, son équipe a surtout dominé en touche, par moment en mêlée. Mais dominer n'est pas gagner. Face à une défense plus que solide, les attaquants rhodaniens se sont longtemps heurtés à un mur, frustrant tellement il semblait infranchissable. Pour preuve, il aura fallu une pénaltouche des Gones au retour des vestiaires et un ballon porté par les avants pour voir le talonneur Jean-Philippe Bonrepaux aller aplatir (49', 8-10), dans la douleur et après arbitrage vidéo. Tout semblait difficile.

À l'inverse, l'arrière du Racing Métro Brice Dulin a été arrogant de simplicité dans sa percée qui permettait aux Racingmen de prendre l'avantage pour ne finalement plus jamais le lâcher, et ce dès la fin de la première période. L'international partait de ses 40 mètres pour franchir plusieurs fois la ligne de défense jusqu'à l'en-but adverse (35', 3-7). Pour ce qui était des autres points, cela s'est résumé à un duel de buteurs entre le Lyonnais Jérôme Porical (2 sur 4) et le Racingmen Johan Goosen (3 sur 5).

Des conditions de jeu difficiles

Pouvait-on espérer autre chose qu'un duel serré ? Surement pas, étant donné la météo compliquée. Entre la pelouse détrempée, la pluie et la neige fondue, les éléments n'étaient pas ceux dont on pouvait rêver pour du spectacle. "On est très déçu, on avait fait de belles prestations ici et on avait à coeur de renouveler l'exploit mais on est redescendu sur terre", déclarait le demi de mêlée Mathieu Lorée. Dans l'engagement et le combat, il n'y a rien eu à redire mais quelques erreurs en défense ont coûté cher. Des ballons hauts mal négociés, un manque de lucidité et de rapidité sur certains rucks et "face à la deuxième meilleure équipe d'Europe", comme l'a qualifiée Coenie Basson, cela n'a pas pardonné. "Il y a eu beaucoup d'investissement mais on ne baisse pas la tête, il ne faut pas lâcher", rajoutait le 2e ligne. Place maintenant à dix jours de vacances, un peu "amers" selon Lorée, avant d'entamer la préparation d'un autre sommet, un déplacement à Ernest-Wallon pour défier le Stade Toulousain. La quête du maintien, ce n'est pas une sinécure !

Fiche technique :

Au Matmut Stadium, le Racing Métro bat le LOU 11-13 (Mi-Temps : 3-7), 9 509 spectateurs.

Pour Lyon : essai de Bonrepaux (49'), pénalités de Porical (20' et 63').

Pour le Racing : essai de Dulin (35'), transformation de Goosen (36'), pénalités de Goosen (47' et 59'). Carton jaune à Lavanini (23'). #Lyon sport