Il a 27 ans, il est utilisateur de l'application "UberPOP" et il a été violemment agressé dans la nuit de samedi à dimanche derniers dans le quartier de la Confluence à Lyon. Bilan de la course ? Un nez fracturé et 21 jours d'ITT ! Son tort ? Alors qu'il rentrait de soirée, il a voulu utiliser le service après qu'un chauffeur de taxi lui ait signalé être en grève, refusant ainsi de le prendre en charge. Il a donc été passé à tabac par plusieurs individus, à l'arrivée du chauffeur non professionnel, pour lui avoir fait part de ses intentions de recourir à ce service, détaille 20 Minutes.

Sur sa page Facebook, le jeune homme, originaire de Paris, s'adresse à ses amis dans une publication partagée, depuis, plusieurs milliers de fois et expliquant : "J'ai le nez et le sinus maxillaire fracturés, je risque une paralysie de la partie gauche de mon visage. Partagez ce post avec vos proches, pour qu'une telle violence gratuite ne se reproduise pas."

Aujourd'hui, un appel à témoins a été lancé pour tenter de retrouver les agresseurs d'Alexandre alors que sa version est démentie par certains chauffeurs de taxis. Malheureusement, son cas s'ajoute à une (grande) série d'agressions et de dégradations de véhicules de chauffeurs UberPOP par des taxis qui n'hésitent plus à tendre des traquenards, notamment depuis que le Préfet du Rhône a pris la décision d'interdire #Uber. De nombreuses procédures judiciaires sont ainsi engagées alors qu'un collectif "Pour que Uber continue à Lyon" a été lancé sur les réseaux sociaux.

Une paralysie de Lyon ce jeudi 25 juin ?

On le sait, les chauffeurs de taxis demandent purement et simplement l'interdiction de cette application mobile et ils vont se faire entendre. En effet, des actions vont débuter ce jeudi, tant que le Gouvernement n'apportera pas une réponse car la profession parle de concurrence déloyale. Plusieurs convois doivent donc partir en matinée des quatre coins de l'agglomération lyonnaise pour ensuite se rejoindre à la mi-journée devant la Tour Oxygène, où se situe le bureau local d'UberPop. D'ailleurs, un autre mouvement est d'ores et déjà prévu pour le 3 juillet, informe Le Progrès. #Lyon société