Le Front National (FN) a été fondé en 1972 par Ordre nouveau, qui était un mouvement actif d'extrême droite entre 1969 et 1973. Son nom original est le Front national pour l'unité française. Il a été présidé par Jean-Marie Le Pen de 1972 à 2001 et par sa fille, Marine Le Pen, depuis 2001. L'émergence du parti politique tarde à se faire. Les fondateurs auront attendu jusqu'en 1986 avant d'avoir une réelle représentation à l'Assemblée nationale. Cette année-là, 35 députés sont élus.

Les sympathisants de Jean-Marie Le Pen sont habitués aux défaites. Ce dernier s'est présenté cinq fois aux élections présidentielles sans jamais réussir à gagner. En 2002, il a franchi le premier tour pour s'incliner devant Jaques Chirac. C'est la fille de Jean-Marie Le Pen qui obtient les meilleurs résultats électoraux sous le bannière du Front national remportant 17,90 % des voix en 2012. Cela a mené à des résultats impressionnants en 2014 lors des élections européennes avec 25 % des voix. Le parti est considéré d'extrême droite bien que les membres essaient de détourner cette appellation vers des termes plus généraux. Ils sont 42.100 personnes ayant leur carte de membre à la fin de 2014.

Le but de la fondation du parti politique au début des années 1970 était d'occuper l'espace de l'extrême droite et de donner une option pour affirmer le nationalisme français. Les fondateurs s'inspirent du modèle italien de Mussolini.

Pendans les années 1970, la montée du Front national est médiocre. L'extrême droite se divise les votes entre le Parti des forces nouvelles et le Front national. Ce dernier a moins de 300 membres à la fin de la décennie. Dans les années 1980, le parti a un regain de vie grâce à la représentation proportionnelle établie lors des élections de 1986. C'est à ce moment que le Front national obtient son meilleur résultat avec 35 députés.

Au début des années 2000, la venue de la fille de Jean-Marie Le Pen, Marine Le Pen, donne un second souffle au parti politique qui obtient les meilleurs résultats de son histoire. Marine Le Pen essaie depuis plusieurs années de détruire les préjugés qui collent à son parti. Elle prend une distance face aux positions fortes et controversés de son père sur des sujets importants comme l'avortement. Elle réussit à attirer la sympathie de plusieurs électeurs et son parti devient le troisième en importance dans l'arène politique français.