Si aujourd'hui aux États-Unis les fusillades en milieux scolaire deviennent une éternelle répétition, ce tragique phénomène ne date pas d'hier. Déjà dans les années 1950 ces évènements empoisonnaient le paysage sécuritaire des établissements scolaires. L'un des plus terribles s'est produit un matin du mois de juillet 1979.

En juillet 1979, le groupe anglais the Bomtown Rats est en tête du hit-parade britannique avec la chanson « I don't like Mondays ». Ce titre à la touche pop fait référence à un fait divers survenu quelques mois plus tôt aux États-Unis.

Le 29 janvier 1979, la ville de San Carlo devient le théâtre d'une série d'assassinats ayant lieu devant la Grover Cleveland Elementary School en Californie près de San Diego.

Publicité
Publicité

Une jeune fille du nom de Brenda Ann Spencer, tue Burton Wragg 53 ans, le principal de l'école, Michael Suchar, 56 ans, le gardien de l'école et un policier. Elle blesse ensuite neufs enfants avant de se rendre aux autorités. Pour justifier son acte elle déclarera à un journaliste ne pas aimer les lundis.

Armée dès le plus jeune âge

Brenda Ann Spencer se présente comme une adolescente banale, en théorie. Assez frêle, elle mesure 5'2 pieds , elle a les cheveux rouge vif. Tandis que ses camarades de classe la décrivent comme ringarde, ses professeurs la trouvent introvertie et font part à sa famille de problèmes d'absentéisme.

Depuis la séparation de ses parents, elle vivait avec son père Wallace Spencer avec qui elle allait régulièrement chasser.

Le statut social de la famille rendait compte d'une famille pauvre, la nuit elle dormait sur un matelas dans le salon familial.

Publicité

Brenda Ann Spencer n'a que 16 ans lorsque son père lui offre sa première arme à feu, une carabine 22 long rifle avec 500 balles pour l'accompagner.

Fusillade

Le matin du drame la jeune fille s'ennuie, elle regarde les enfants par la fenêtre de sa maison qui donne sur le devant de l'école. Elle sort sa carabine et tire à plusieurs reprises touchant deux adultes, dont le principal de l'école qui tentait d'aider un élève blessé et blesse neuf autres victimes. Un peu plus tard elle touchera au cou un policier qui essayait de répondre à un appel radio.

Il faudra attendre sept heures pour que la jeune fille se rende à la police, sept longues heures durant lesquelles Spencer restera barricadée dans sa maison. Un journaliste tentera de la joindre par téléphone afin de connaitre les raisons de son acte, elle répondra par une simple phrase « Je fais ça juste pour le plaisir. Je n'aime pas les lundis ». Lors de son interpellation on retrouvera plusieurs bouteilles de whisky dans la maison malgré une absence d'ivresse chez la jeune femme.

Publicité

Après le drame Brenda Ann Spencer a subi de nombreux examens psychologiques, elle est jugée comme une adulte malgré son jeune âge. Elle écopera d'une peine de prison de 25 ans et tentera à cinq reprises de demander sa libération, elle déclarera avoir été victime de violence sexuelle par son père.

Cet évènement ouvrira la porte à une longue série de fusillades qui se sont produites en milieu scolaire aux États-Unis. En plein débat sur les lobbys des #Armes à feu aux États-Unis, les fusillades gangrènent toujours le pays de l'oncle Sam. Après la fusillade qui s'est produite la semaine dernière dans un centre commercial de Colombia près de Baltimore dans le Maryland, le combat contre les armes s'avère difficile à résoudre dans les années à venir.

BN #Etats-Unis