Depuis la disparition des "Brigades du Tigre" les rues de Paris ressemblent de plus en plus à celles de Chicago; Il n'est pas bon de s'y promener sans ouvrir son parapluie. Ce qui tombe n'est pas une pluie fine de printemps mais du plomb aromatisé à l'odeur du souffre.

La canaille oeuvre en toute impunité, et il semblerait bien que nos chers ministres, dont Madame Taubira, n'y peuvent rien changer. Si, bien sur, des lois quelques peu manipulées mais pendant ce temps-là, Zorro n'est pas au rendez-vous.

Comment se protéger alors de ce qui nous est présenté comme "presque" naturel? Les citoyens, honnête je ne saurais le dire, mais disais-je donc, des citoyens sortent de leur domicile sans savoir que c'est le jour "J" d'une rencontre qui peut leur être fatale, une rencontre avec un peu de plomb, avec la mort peut-être.

Publicité
Publicité

Et pendant ce temps-là, que se passe-t-il sous le bérèt de nos ministres? A quoi pensent-ils donc lorsqu'arrivent pareils catastrophes? Paris ou Chicago? Il fut un temps ou Marseille avait le ruban-bleu de la délinquance, mais il n'en est plus ainsi depuis quelques temps, et Paris se hisse au sommet des grands!

Rien n'arrêtent les "tontons flingueurs" et tac tac tac... crachent les mitrailleuses de tout acabit.

Georges Clémenceau, le "Père La Victoire" surnommé également "Le Tigre" avait compris qu'a grand danger, il fallait agir et réagir avec force et efficacité, d'où ses fameuses "Brigades" équipes d'élites prêtes à foncer sur tous les malfrats sans faire de quartier. Qui sème le vent récolte la tempête.

En ce qui nous concerne, notre réaction est contraire à ce principe, et si des hommes comme Mesrine, Bonnot et les autres étaient à l'oeuvre, il faudrait garer ses fesses, et songer autrement.

Publicité

Pourquoi laisser tant de liberté d'action à qui est contre la loi,? Pourquoi ne plus faire respecter cette loi?

Paris devient le rendez-vous des malfaiteurs armés jusqu'aux dents, et pendant ce temps-là, le meunier en son moulin dors du sommeil du "juste"; Ce n'est plus "Paris brûle-t-il?" mais Paris en goguette. Bientôt, un jumelage entre Paris et Chicago? Je crois que c'est à l'étude!

Je me souviens des quartiers "chics" de Paris, rue Saint honoré, Rue Saint Roch, Place Vendôme... Qu'il faisait bon flâner alors en toute quiétude, sans dresser l'oreille pour savoir d'où venait le vent! Non, c'était promenade tranquille sous le soleil printanier venant doucement éclairer les monuments dont les parisiens sont amoureux. Aujourd'hui, la chanson n'est plus la même et si les paroles demeures éternelles, l'air que l'on respire a perdu de sa fraîcheur. Pauvre de nous!

Alors, j'en appelle à qui de droit afin que ceux qui détiennent le pouvoir et l'autorité se manifestent enfin, tapant enfin du poing sur la table, en montrant leur efficacité, afin que cesse le scandale de la loi de la rue redevenu notre quotidien.

Publicité

En fouillant dans les archives nationales, ils vont bien retrouver un homme de la hauteur de ceux qui firent un jour le nettoyage des rues de la Capitale, sans croire un instant que cela était impossible. Le sentiment installé et entretenu de l'incapacité et de l'impossibilité servis dans celui de l'impuissance, dessert la République, et conforte la raison de ces assassins qui veulent nous faire croire qu'ils agissent au nonm de l'honneur mais qui réagisse au nom de l'horreur.

Il suffit! Cela doit être dit! Cela doit se dire et être entendu!

Que ceux qui se terrent derrière leur impossibilité d'extraire le mal à sa racine soient remplacés par des hommes de zèle et d'honneur, de ceux-là qui connaissent leur devoir et réagissent avant qu'il ne soit trop tard. Mais n'est-il pas trop tard déjà?

Paris! On te transforme non pas en Champs de foire, mais en ville crapuleuse. Est-ce là ton destin?

Que l'on touche à sa liberté et Paris se met en colère... Paris réveille-toi! Faut-il que Zorro remémore qui tu es?

BN #Gouvernement