La fête de la Rose aura réservé des surprises aux "camarades" présents, lors de l'allocution de A.Montebourg, suivi par son comparse et complice Hamon. Tous les deux sont membres du #Gouvernement actif au service de la France, et ont accepté d'emblée les postes ministériels qui leur ont été proposés par l'Elysée. Mais alors, pourquoi, 147 jours après leur adoubement, les voilà partis tous deux en bataille de dénigrement contre "le cap" volontairement maintenu par l'Exécutif ? Pourquoi à ce jour se dressent-ils donc contre ce qui paraît statique et inébranlable au point de remettre en question leur rôle au sein de l'équipe gouvernementale ?

Jouent-ils en solo ou bien sont-ils les porte-voix d'une minorité ministérielle soucieuse et désireuse de s'affranchir, en émancipation, du pouvoir présidentiel et de celui du Premier Ministre ? Là est la question !

Don Quichotte en double! Contre les moulins à vent ?

Les roses ont des épines, nous le savons tous, c'est pourquoi il faut les manier avec prudence, au risque de se blesser.

Publicité
Publicité

Il est de ces blessures qui peuvent s'envenimer, et la douleur est bien présente et persistante. D'autres qui s'y sont frottés avant eux en gardent des séquelles.

Que cherchent ces deux hommes, alors qu'ils ont prêté serment, la main sur le coeur, dans cette unité qui se devait être de choc! Souvenons-nous : tous en ordre, en rang de bataille, derrière le Président de la République, avec un Premier Ministre aligné sur la volonté élyséenne. Alors quoi ?

Cécile Duflot, en désaccord avec la gouvernance ministérielle, après les dernières élections, pris la ferme décision de quitter le Gouvernement duquel elle ne reconnaissait plus la ligne de son Parti. Elle fut peut-être incomprise par certains, mais elle demeurait dans la logique des "Verts". Ma question est donc celle-ci : pourquoi ces frondeurs n'en font pas autant et ne quittent-ils pas leurs postes ministériels ? La place est-elle si bonne que malgré les désaccords évidents et cet évident désir d'infléchir "Le Cap" de La France, malgré ce qui me paraît difficilement conciliable, c'est-à-dire une volonté #Politique propre et un désir politique étatisé.

Publicité

Que vont-ils faire, ces deux-là qui ont saisis la rose à pleines mains et qui vont devoir retirer les épines blessantes ?

Certains préconisent qu'ils devraient quitter leur poste ! Est-ce la bonne solution ? Je ne saurais le dire mais il me semble que cela serait sagesse de leur part, à moins qu'ils ne nous réservent d'autres surprises du même genre, et ce, très prochainement. Ce qui serait dans la lignée des allées et venues observées à tous les niveaux.

Il court, il court le furet...

Mais savons-nous encore que le lièvre perdit la course face à la tortue car à trop batifoler dans la nature, il perdit la vision de l'objectif et malgré son redoublement d'ardeur, il ne fut que deuxième sur la ligne d'arrivée.

Messieurs "de la Mancha" qui aujourd'hui préconisez une vision pour la direction de La France, soyez sérieux ! Comment, malgré une argumentation qui a le mérite d'être crédible, forcerez-vous d'autres à vous suivre puisque vous avez rompu votre promesse envers qui vous a élevé à la hauteur ou vous vous tenez à ce jour?

Alors ? Restera ? Restera pas ? L'avenir prochain nous le dira.

Publicité

BN