Le Sénat, installé dans le Palais du Luxembourg à la croisé des chemins.

Pour qui ne connait pas l'historique du Sénat et son rôle dévolu lors de sa création, je peux affirmer sans erreur que la terrible phrase prononcée par La Revelière-Lepeaux en date du 19 Fructidor est toujours d'actualité : "Citoyens Représentants, vous êtes au bord du volcan"

Le Sénat portait le nom de "Conseil des Anciens" né avec la Constitution Thermidorienne de 1795. C'était de fait la représentation de l'édifice Institutionnel français composé de 2 Chambres et d'1 Directoire; Puis vint le temps d'une dictature reposant sur 3 personnages principaux dont Bonaparte.

Publicité
Publicité

Ce fut l'ajournement des "Conseils" et la création de la Commission Législative en date du 20 Ventôse à 3 heures du matin.

Dans sa composition le Sénat servait de "garde-fou" de toutes les envies folles de législateurs désireux de légiférer à tous vents. Mais aujourd'hui, nous savons que l'Assemblée a toujours le dernier mot en guise de conclusion législative, c'est pourquoi une question s'impose : faut-il, ou non, garder en l'état le Sénat et les sénateurs qui coûtent cher à la nation.

La constitution sénatoriale est représentée par 348 sénateurs renouvelables par moitié tous les 6 ans, et trop fréquemment, les bancs de l'Institution demeurent vacants. Est-ce normal ou pas? Devons-nous à l'heure des grandes économies nationales, continuer à entretenir ceux qui se montrent peu empressés d'honorer de leur présence les débats importants de la vie française.

Publicité

Un sénateur est un bien-nanti républicain, payé par les deniers des imposables français. De plus, il faut savoir qu'une partie de ces indemnités mensuelles dites de fonction ne sont pas imposables. Encore un privilège dont la République devrait bien tenir compte devant la vague de misère qui grossie continuellement. En réalité, entre Indemnités et Avantages mensuels, nous pouvons comprendre pourquoi la place est chère et combattent avidement les "éligibles" face aux "électeurs"

Des élections viennent de se produire en cette fin de mois de Septembre 2014, et au-delà de la reprise par la Droite de 30 sièges à la Gauche, dont 2 par le FN, ce qui est un fait historique en lui-même, nous pouvons nous demander ce qui va changer dans le protocole législatif? La Gauche présume que la nouvelle majorité va entériner ses projets? Pas certain!

Aujourd'hui, une question fait son chemin dans la pensée française? Doit-on garder, en l'état, pour servir tel qu'il est, ce dinosaure des anciens régimes tout en sachant combien coûte à la nation l'entretien des élus peut soucieux de s'acquitter de leur devoir nationaux et républicains, ne serait-ce que par leur présence? Plus de 20000,00 euros/mois, pas mal pour qui n'offre pas l'image d'un représentant du peuple consciencieux.

Publicité

Peut-être que si nous revenions sur le passé comprendrions-nous le pourquoi, la nécessité de certaine structures républiques, et serions plus à même de les respecter. Après tout, ce sont les garants de notre République née dans le sang de la Terreur, et a laquelle nous attachons une grande importance.

Avant de procéder, selon le désir de quelques élus, au démantèlement du Sénat, il faudrait revenir à la source et s'imprégner des causes qui ont nécessité son intégration au modèle législatif de la France.

BN #Élections #Politique