Nous voici confronté à un nouveau duel publicitaire dans lequel chacun va essayer de promouvoir son champion dans un climat enfiévré par une situation agressive au sein de la classe #Politique. Certes, ce ne sont pas des élections majeures et pourtant nous assistons à une corrida qui laisse présager ce qui va se produire dans les prochaines semaines.Toutefois, nous devons nous souvenir de qui est qui, et qui fait quoi. Ainsi, nous tiendrons le "fil d'Ariane" dans la main et pourrons ne pas perdre de vue l'objectif final : 2017 - les Présidentielles!

Alain Juppé,adoubé par son ami Chirac, ancien ministre de Jacques qui est lui-même l' ancien président de la République, ancien maire de Paris, ancien président du mouvement de droite RPR rebaptisé UMP en 2002, face à Nicolas Sarkozy, ex-président de la République, ex-Ministre de l'intérieur sous le règne de Jacques Chirac, chouchou de Bernadette Chirac.

Publicité
Publicité

Olé! Une vraie prise de tête devant un tel mic-mac politique.

Tout ça pour ça aurions-nous envie de dire? Qu'est-ce que ce sera lors de l'affrontement général ou les fauves serons lâchés et que tous s'agiteront dans le bocal ou il n'en restera qu'un seul!

Alain Juppé, Maire de Bordeaux, réélu comme il se devait, tout comme il en fut pour Jacques Chirac lors de ses mandats successifs à la mairie de Paris. Tous deux officiant à la Grand'messe municipale pendant de nombreuses années. Un élu municipal du peuple peut produire un Président de la République, nous avons assisté à un tel événement pendant 2 mandats consécutifs. Donc, c'est faisable. Maintenant reste la stature de l'homme. Est-ce qu'Alain Juppé peut prétendre à la tête du Parti de droite UMP? Oui, sans doute, mais pour lui comme pour Nicolas Sarkozy, l'UMP représente aujourd'hui la pomme empoisonnée dans laquelle mordit la belle "Blanche neige".

Publicité

La pomme était belle à voir, mais le poison était au dedans.

L'UMP a-t-il encore une espérance de vie?

En l'état, il ne faut pas attendre grand chose d'un parti politique qui se veut représentatif de l'opposition de Droite, et qui n'offre, depuis des mois, que de la puanteur qui monte jusqu'au nez des électeurs qui n'en peuvent plus d'une telle situation ou un cochon n'y retrouve plus ses petits. Lorsque l'on prétend être les artisans d'un renouveau politique, quel que soit l'image du parti, il serait bon de voir si la lessive a été bien faite, et s'il ne demeure pas des relents de saleté pouvant éclabousser les draps blancs.

Bernadette Chirac, femme politicienne, serait encline à influencer Nicolas Sarkozy afin que ce dernier ne prenne pas la direction de l'UMP. Une telle direction aujourd'hui est de bon aloi, parce que l'UMP se doit de changer en profondeur, afin de pouvoir entrer dans ses prétentions. Trop de bruits, de hargne, de mépris pour ceux et celles qui font encore confiance à cette étiquette partisane.

Publicité

Alain Juppé risque de s'y perdre, et Nicolas ne pas s'y retrouver. Un grand ménage serait le bienvenu, mais n'en est-il pas ainsi pour toute la classe politique qui a sombré dans ses illusions perdues à ce jour?

Quel cirque!

Alors pour faire le résumé de la situation : deux combattants dans l'arène pour un seul trophée : la l'obtention d'une reconnaissance légitime de représenter l'UMP dont l'enseigne est fortement entachée et déshonorée par des "affaires" qui ne favorise en rien un bon présage pour l'avenir politique de cette classe.

Un remaniement? Pourquoi pas, après tout, comme les autres partis de l'Opposition, l'UMP ne s'est pas gênée pour le réclamer. Un peu de sang neuf permettrait l'oxygénation des cerveaux qui veulent diriger la nation.

Alain Juppé ministre sous la mandature de Nicolas Sarkozy lui-même ministre de Jacques Chirac...Tous ont eu affaire à la Justice, et tous veulent garder la faveur de l'électorat. Il paraîtrait que les français préfèrent Juppé pour 2017; Mais pourquoi est-il donc question de 2017 puisqu'il s'agit d'élection interne d'un parti politique fin 2014. Un conseil pourtant : méfions-nous des sondages, on peut toujours faire parler les chiffres mais seul demeurera le résultat final. Alors, un peu de patience je vous prie, tout arrive à qui sait attendre.

BN #Élections