Valérie Trierweiler, ambassadrice du « François Bashing » outre-Manche -

Tels sont les gros titres des journaux anglais.

La France en a eu pour son comptant et après avoir divulgué des secrets d'alcoves, largement diffusés suite au soutien d'une presse à scandales et par une publicité digne du dernier "Prix Goncourt" la dame en question s'en va écumer la Grande Bretagne. Une question s'impose : est-ce que cela sera suffisant pour détrôner les potins entourant la famille Royale , la naissance du "royal baby" et les frasques du prince Harry?

En France, "Le Livre" s'est vendu à plusieurs milliers d'exemplaires, d'où une cagnotte replète pour l'ex-qui au sens de la France profonde, n'a jamais été la "première dame" juste une "maîtresse présidentielle".

Publicité
Publicité

Que le ministre de l'économie Macron se réjouisse, l'imposition de la dame sera bénéfique pour les caisses vides de l'Etat français.

Reçue comme une sommité française

Une vaste opération populaire se forme autour du déplacement en Grande Bretagne de celle qui se veut être l'écrivain du temps présent, vendeuse de salades pas fraîches, manipulée par des organisateurs d'une grande tournée "littéraire" promotionnelle ou le linge sale va être déballé et les situations amoureuses analysées devant un public avide de détritus, des dessous d'alcoves élyséennes. Ledit ouvrage, traduit en 11 langues, dont le russe et l'italien, sera divulgué largement et si vous ne savez pas quoi offrir pour les fêtes de fin d'année, n'hésitez plus. Après tout, il paraît que l'on peut rire de tout. Moi je prétends le contraire mais bon, cela n'engage que ma vision de notre société.

Publicité

Comment s'enrichir de tels déballages? Oh! Shocking! William Shakespeare en aurait des sueurs froides!

Le Royaume Uni est familier du "french bashing" aussi sera-t-il friand du "François bashing". N'ont-ils pas eu leur part avec les frasques de la famille royale?

Dis-nous ce que tu lis, nous te dirons qui tu es!

Nous connaissons la cote d'impopularité présidentielle alors que la popularité "littéraire" de l'ex-madame à la fièvre. Mais après tout, qu'importe la source du racolage, puisque régulièrement, nous sommes assaillis par des "auteurs" d'opérette, submergés à chacune des rentrées littéraires annuelles de #Livres-déballages ou se règlent des comptes qui finissent par faire les "choux-gras" de tous ceux qui vivent de cette saleté aucunement édifiante.

Faut-il absolument lire les ragots de cuisine et les cancans de basse-cour? C'est se "profiler" bas! Cependant, si pour certains, la vengeance est un plat qui se mange froid, ici, nous assistons à un grand banquet. Alors, bon appétit pour les uns, bonne lecture pour les autres, et par ici la monnaie... Au fait, n'est-ce pas Pink Floyd qui chante Money? BN #Femmes