Le pays des "Droits de l'homme" confronté à la haine religieuse.

Nous sommes en droit de supposer que quelque chose ne tourne plus rond au pays des philosophes, au pays des "Droits de l'Homme" quand deux jeunes hommes se pavanant devant les caméras, se targuent d'être des bourreaux assassinant pour le compte du #Djihad et de ses chefs, sans aucun respect de la vie d'autrui.

Mais enfin, pourquoi tant de haine, tant de sang? Qu'est-ce qui a mené ces jeunes à basculer dans l'horreur le sourire aux lèvres? Pourquoi cette radicalisation fanatique vue, par certains aveugles, comme les dénonciations des échecs de nos sociétés modernes?

Nous ne pouvons pas accepter cette pratique haineuse et anti-humaine, à cause d'un fanatisme sans contrôle ni bornage aucun; Nous nous devons de prendre enfin conscience que ce radicalisme ayant engendré une puissance meurtrière débridée est le pied à l'étrier d'événements plus radicaux encore, une guerre religieuse (non pas de religion) avec pour support une catégorie de personnes en marge de notre société.

Publicité
Publicité

Ils sont les " soldats" de demain, capables de tuer de façon arbitraire sans tenir compte d'aucun critère humain; Ils sont les futures terroristes semant la terreur au gré de leur fantaisie, et tout cela le faciès illuminé, comme celui-là ayant accompli sa bonne action journalière.

Avec le recul, et l'étendue des actes que nous aurons des difficultés à maitriser, pouvons-nous comprendre pourquoi, après le 11 Septembre 2001, l'Amérique met tout en oeuvre afin d'offrir la plus grande des protections envers son territoire, envers ses ressortissants? Tout nous démontre que nous aussi, ainsi que d'autres nations entraînées dans la lutte contre le #Terrorisme international, devrons créer notre "Guantánamo"

Le Guantánamo français.

La guerre qui a été déclarée au monde, sous le couvert de la religion et de la foi islamique, n'est pas prête à s'achever, contrairement à ce qu'en pensent quelques-uns. Nos actions militaires sur le terrains démontrent notre faiblesse devant la détermination de ces individus, réunis sous l'étendard de la haine.
Ils ont enrôlé des "faibles" qui pour d'identifier à ceux qui tuent au nom de "La Charia" chercherons, par des actes sanglants, une reconnaissance au-delà des frontières.

Des arrestations, des jugements et des peines qui se doivent d'êtres appliquées.

Publicité

Mais ou incarcérer ceux-là même qui sont déclarés "terroristes" et jugés comme tels? Dans quels lieux, avec qui? Nous savons que bien des détenus font l'objet d'endoctrinements sévères et qu'après ces lavages de cerveaux, une fois relâchés dans la nature, ils sont prêts pour s'engager dans "la guerre sainte" Ce sont des bombes a retardement qu'il faut rapidement maîtriser avant que nous n'assistions à des carnages.

Il est urgent que la France réagisse avant que d'être submergée par un problème devenu international.Plus passera le temps et plus le réveil risque d'être brutal. Il n'est plus temps de tergiverser, de palabrer, mais il est temps d'écraser la tête du serpent qui déjà, peu à peu, s'est enroulé autour de sa proie.

La France connait ses ennemis, ils ont déjà actionné le levier de la haine et fait couler le sang sur le territoire français. Mohamed Mérah, Aboud Mariam, et tous les autres : même haine, même hargne, même combat pour un idéal religieux sectaire et assassin.

BN