UNE TRANSITION INFERNALE.

Jadis, le #clown était synonyme de réjouissances, de rires, de mascarades et de coups de pieds au bas su dos hilarants; et il était porteur de la confiance générale. Aujourd'hui il en est tout autrement, et dans la pensée populaire, l'image du clown commence à s'apparenter à une forme de délinquance et de banditisme. Savons-nous qui se cache derrière ces masques a l'allure débonnaire et joyeux? Devrons-nous maintenant nous poser cette question avant d'accorder notre confiance à ces joyeux lurons?

Les clowns ont la réputation d'attirer à ceux la bonhommie humaine et enfantine demeurées cachées au fond de nous-même.

Publicité
Publicité

Par leurs grimaces, leurs accoutrements bigarrés, la drôlerie qu'ils dégagent, nous sommes conquis et nous applaudissons des deux mains. Nous les associons à la bonne humeur et à la gentillesse, sans trop nous poser de questions. Mais voilà que nous assistons à une déferlante de criminels cachés sous des masques de clowns, renversent l'imagerie populaire associant le clown et les bons côtés de la vie. Encore criions nous... Encore!

Une nouvelle image du banditisme moderne perturbe la France, et la conception du clown burlesque tend à s'inverser. Devrons-nous rebrousser chemin chaque fois qu'un masque de clown croisera notre chemin? Bonjour l'angoisse.

Effrayée, la population ne se hasardera pas à faire preuve de bravoure, nous sommes par trop témoin de la lâcheté humaine. Il est tout de même important de se rappeler de la loi de 2010 qui déclare "hors la loi" toute personne qui se cachera le visage en public, et sera pénalisé d'une amende de 150,00 euros.

Peut-on l'appliquer en ces circonstances? Il n'est guère probable.

Publicité

A moins de légiférer à nouveau.

Faut-il avoir peur de ces masques de clowns?

Que nenni! Ce serait accorder trop de crédit à des gens sans morale ni respect de leurs contemporains. Nous devons nous raccrocher aux doux souvenirs de l'enfance, lorsque nous applaudissions à tout rompre, ces merveilleux artistes qui encore, peuplent les tiroirs de nos jardins secrets, qu'il nous arrivent d'ouvrir de temps à autre, afin de nous faire du bien à l'âme. Un seau d'eau déversé sur la tête de l'Auguste s'empêtrant les pieds dans un tapis, pour notre joie commune, ou encore un autre clown, un "mec" grimé en clown pour la bonne cause, et s'en venant à "raser" de très près son illustre père assis dans la foule hilare, je nomme ici Coluche face à Louis de Funès. Ah, ces cascades de rires...

Nous connaitrons toujours des faits divers sordides car ainsi va le monde, mais il existera toujours des hommes et des femmes de tout âge qui ne verrons, au travers de ces déguisements, que des moments attendrissants portant à la joie, surtout lorsque la morosité est trop présente.

Notre espérance réside dans l'éradication totale de ces malfrats par l'application sévère de la Juste Justice qui se doit de juger... justement.

Alors, comme il était coutume de le crier : la Justice passe, laissons la Justice passer.

BN #Société