Les vraies « choses » pour la France sont le chômage, l’augmentation de la pauvreté, la gestion de la transition énergétique, la lutte contre le réchauffement climatique, comment redonner de l’espoir à chaque citoyen français, quelle que soit sa position idéologique, comment « faire France » dans une Union européenne pas toujours prête à travailler de façon collective.

Voilà le calendrier des maux à résoudre pour la France. Il faut un projet de mobilisation collective pour diminuer le taux de sinistrose dans la Nation.

Alors que le calendrier est clair, nos dirigeants politiques, à droite comme à gauche, passent leur temps à se glisser des peaux de banane, à essayer de distraire le peuple français par des stratégies de type politicien.

Publicité
Publicité

A droite, Nicolas Sarkozy va être élu le 29 novembre 2014 en tant que Président de l’UMP. Mais aussitôt élu, il pense déjà l’élection présidentielle de 2017 et souhaite dissoudre le sigle UMP dans une espèce de République de droite et du centre qu’il considère comme le nouveau parti capable de mettre en place des contenus et des hommes nouveaux enclins à l’utilisation de nouvelles méthodes et façons de penser et de faire la #Politique.

Je demande à voir et on peut s’interroger sur l’opportunisme d’une telle démarche.

Le centre, après avoir clamé sa volonté d’indépendance, ne dit rien sur l’approche de Sarkozy de le faire disparaitre dans un vaste mouvement, fut-il de droite. C’est vrai que Lagarde et Morin sont plus préoccupés par les joutes présidentielles pour la présidence de l’UDI, mais tout de même.

Publicité

A droite, l’Affaire Jouyet/Fillon sert évidemment Sarkozy qui, par stratégie, n’accable pas son ancien collaborateur de Premier Ministre et préfère voir dans cette affaire là la main de l’Elysée et donc forcément celle de François Hollande. Il préfère « taper » sur Hollande que sur Fillon car il estime que celui-ci s’est tué lui-même et, comme le dit un proverbe congolais, donc africain : « Si tu veux voir le cadavre de ton ennemi passer devant toi, il te suffit de prendre ton déjeuner au bord de la rivière et d’observer les troncs d’arbres, les crocodiles… A la fin de la journée le cadavre de ton ennemi passera devant toi. »

Fillon va avoir beaucoup de mal à ramer à contre-courant car il est mort politiquement pour Sarkozy, même si un troisième impétrant en la personne de Monsieur Gosset-Grainville présent au déjeuner et qui a servi sous les ordres de Fillon et de Jouyet, vient de déclarer que Monsieur Fillon n’aurait pas prononcé les mots que l’on lui prête avec une certaine hardiesse politique.

Publicité

Qui ment dans cette affaire ? Les journalistes du monde ? Jouyet ? Fillon ? Gosset-Grainville ? Nous sommes dans une sorte de Vaudeville à la française, comme on en a l’habitude, et qui risque de faire pschitt.

Il faut s’occuper des affaires de la France.

La gauche n’est pas en reste non plus face à l’accusation de l’inactivité politicienne. Après avoir perdu deux ans à régler les problèmes politiques avec les Verts de Cécile Duflot pour satisfaire Martine Aubry et de vie privée, après avoir longtemps hésité sur la stratégie économique à suivre, François Hollande a du mal à communiquer son intelligence et sa vision de la société française à ses concitoyens. La plupart des dirigeants socialistes sont venus à son secours dans l’affaire Jouyet/Fillon pour dire que le Président n’était pas concerné. Dont acte.

Que se passerait-il si c’était le cas ? C’est une hypothèse de travail et rien qu’une hypothèse. L’évoquer ne veut pas dire qu’elle est réelle ou réaliste.

Messieurs les politiques, de grâce, sortez de votre cocon intellectuel de confort pour rebâtir de façon organisée vos partis politiques et pour proposer des solutions adaptées aux inquiétudes des Français.

BN #François Fillon